-recherche avancée

Publics éloignés

Fracture numérique hommes femmes : communication de Delphine Nana

Les TIC, levier de développement, moteur de croissance des pays africains ?

Source : Sociétiq

Date : 07/06/06

Résumé : lors du séminaire international sur les TIC : "Les TIC, levier de développement, moteur de croissance des pays africains ?" - organisé par Sud&TIC à Yaoundé (Cameroun) du 15 au 17 mars 2006, la communication de Delphine Nana a posé les bases de la problématique de la fracture numérique de genres (hommes femmes). Elle présente les facteurs agravants de cette exclusion numérique pour les femmes des pays émergents. Elle indique qu’outre la fracture sociale et économique, est venue s’ajouter aujourd’hui une autre fracture : la fracture numérique. C’est un triple fossé à combler si ce n’est plus : fossé social, économique, numérique et de genre. C’est une course d’obstacles et un défi pour les femmes. Les TIC sont un vrai saut périlleux. Vont-elles retomber sur leurs pieds ? S’il est encore difficile pour les femmes des pays développés d’accéder aux TIC, que dire alors de celles qui se trouvent dans les pays émergents et qui doivent faire face à la pauvreté. Néanmoins, il est clair que pour les femmes des pays émergents, les TIC peuvent être des facteurs clés pour combler le fossé socio-économique. Elles doivent résolument s’inscrire dans cette révolution technologique. L’équitable accès des femmes aux TIC et à la liberté d’information est vital, car il leur permet une intégration réelle dans la vie sociale, économique, politique et autres champs du développement humain. Mais le fossé du genre est encore un handicap et peut empêcher les femmes de profiter de la révolution numérique. De plus, dans les pays en développement les infrastructures TIC se trouvent le plus souvent dans les zones urbaines alors que beaucoup de femmes vivent dans les zones rurales. Les femmes mêmes quand elles ne sont pas analphabètes, ne maîtrisent pas les langues qui font accéder aux TIC (l’anglais, le français, etc.). La marginalisation technologique des femmes signifie qu’elles vont aussi ne pas profiter des opportunités d’éducation, de formation et d’emploi qui pourraient émerger grâce aux TIC ce qui continuera à entretenir le cercle vicieux de la pauvreté et l’inégalité hommes femmes. Pour que les femmes puissent sortir de ce cycle infernal, il faudrait, selon l’auteur, que l’approche genre soit institué et adopté dès la mise en place des projets de développement

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 14 juin 2006 par EComtat