-recherche avancée

Publics éloignés

« Internet ? Non, merci, pas pour moi ! »

Lutter pour que les milieux modestes ne tombent pas dans la fracture numérique par auto exclusion

Source : La Lettre de l’UDAF n°23

Date : 4ième trimestre 2004

Résumé : Depuis Gutenberg (1440), nous avons pris l’habitude d’utiliser le papier et l’imprimerie pour diffuser de l’information. Or, tout ceci va peu à peu changer. Les raisons sont, avant tout, d’ordre économique. Le papier, les coûts de publication et de diffusion, les coûts de saisie informatique pèsent très lourd dans les budgets des administrations et des entreprises. Les acteurs de la vie économique et sociale ont massivement investi pour développer les TIC. Internet n’est plus une mode qui passera, c’est une réalité. Des millions d’internautes utilisent ce nouveau moyen de communication. Cet article a pour objectif de sensibiliser les personnes qui se disent "non concernées" et non intéressées par Internet que l’on est aujourd’hui entré dans "l’ère du numérique" et que rien ne sera plus jamais comme avant. Il est nécessaire d’apprivoiser ces nouvelles technologies sinon on court le risque dans un avenir proche, de faire partie des exclus d’Internet ou des exclus tout court. Un danger menace, il se nomme "Fracture Numérique". Internet nous concerne tous. Que se passera-t-il si l’on ne peut plus communiquer avec les administrations parce qu’on n’est pas connecté au réseau ? Dans certains pays nordiques, les opérations bancaires se font quasiment toutes par Internet aujourd’hui. Les banques envisagent la suppression des carnets de chèques, les paiements se feront de plus en plus par Internet. Que feront ceux qui ne se sont pas mis à Internet si les guichets de banque deviennent "en ligne" si pour consulter des annuaires ou des catalogues, il faut être connecté ? A terme tout ce qui "peut" passer par cette technologie y passera

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 18 juillet 2006 par EComtat