-recherche avancée

Thèmes: débats, conférences

Ateliers consacrés aux logiciels libres et gratuits à Addis-Abeba

Source : Unesco

Date : 17/07/06

Résumé : La capitale de l’Ethiopie, Addis-Abeba, accueille du 10 au 21 juillet 2006 au Centre de conférences des Nations Unies et à Université d’Addis-Abeba une série d’ateliers sur les logiciels libres et gratuits destinés aux responsables politiques, aux professionnels de l’information et aux professionnels du développement. Au programme : activités de formation sur l’utilisation de LINUX et des applications côté serveur pour les administrateurs réseau et le personnel de maintenance informatique ; partage de l’information et formation pour les ONG et d’autres professionnels du développement concernant l’utilisation des logiciels libres et gratuits dans la mise en œuvre des programmes de développement ; sensibilisation des décideurs et responsables du secteur public, privé et de la société civile à des questions comme l’approvisionnement non discriminatoire et les indicateurs permettant d’évaluer l’applicabilité des logiciels libres et gratuits. La manifestation est organisée par EFOSSNET (réseau éthiopien pour les logiciels libres et gratuits) avec le soutien de CATIA, de l’Association des professionnels éthiopiens des technologies de l’information (EITPA) et de l’UNESCO. Le réseau EFOSSNET mène un programme de sensibilisation, de recherche et de formation pour l’utilisation des logiciels libres dans le contexte éthiopien. Le petit noyau de départ implanté à Addis-Abeba s’est étendu de la capitale vers les régions rurales et compte aujourd’hui des membres issus des organisations de développement, du milieu universitaire, de la société civile et du secteur public. Le réseau a également créé LucyNUX, un groupe féminin qui se bat pour promouvoir la participation des femmes dans le domaine des logiciels libres et des activités de développement à l’aide des TIC

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 17 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

I-jumelage au Forum des Usages Coopératifs à Brest

Source : Vecam

Date : 10/07/06

Résumé : les membres de I-jumelage ont tenu un atelier sur la thématique de la coopération dans la société de l’information au Forum des Usages Coopératifs à Brest. Trois acteurs du réseau ont pu témoigner de leur expérience de coopération entre Amérique Latine et Europe : Paola Bazan, membre de ITDG (Pérou), a participé à l’atelier de présentation de i-jumelage, à la rencontre organisée par le Laboratoire Marsouin sur le thème "Lien social, précarité et TIC" et est intervenue au sein de l’atelier "Développement durable et TIC". Philippe Cazeneuve, Vice-président de Créatif (France), a participé à l’échange avec le réseau des télécentres du Pérou, a participé à l’atelier i-jumelage et a animé l’atelier initié par Créatif autour de la proposition "d’états généraux en ligne de l’accès public à internet". Laura Mesen, Directrice Académique de l’école de Musique Symphonique de Perez Zeledon (Costa Rica), qui met en place un jumelage avec le service animation retraités de la ville de Fecamp, a participé à l’atelier i-jumelage. Elle monte des projets autour des TIC et de la musique. Autant d’interventions, participations et contacts qui permettront d’aboutir à de nouveaux projets de partenariats et à l’extension de notre réseau

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 12 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Le coup d’envoi des Rencontres du Net Public Breton 2006 est donné - Prévu le 24 octobre 2006 à Lannion

Programme provisoire en ligne

Source : @-Brest

Auteur : Michel Briand

Date : 09/07/06

Résumé : pour sa seconde édition, les Rencontres du Net Public Breton auront lieu le 24 octobre 2006 à Lannion en Bretagne. La manifestation sera placée cette année sous le signe du partage des connaissances, de l’échange et du transfert d’expériences et de l’interactivité. On est ainsi au coeur de l’actualité récente des usages du Net Public à travers des témoignages, des illustrations concrètes, des interventions plénières, des débats, des présentations d’initiatives innovantes en matière de TIC ... Les intervenants à la journée du 24 octobre 2006 apporteront un éclairage pertinent et concret sur l’actualité des usages du Net Public : qu’ils s’agissent du développement des TIC en Bretagne dans divers domaines (collectivités, santé, éducation...), d’initiatives originales ou des grands programmes bretons (Mégalis II, Plateforme d’e-administration)

Le Programme provisoire :

9h15 CONFERENCE PLENIERE

• Allocution d’introduction Le projet Mégalis II, au coeur et au service de la stratégie régionale d’aménagement numérique du territoire • ’’Table ronde : L’e-administration en Bretagne : présentation, enjeux et démarches du projet de plateforme régionale

11h00 - 11h15 Pause-café

11h15 - 12h45 ATELIERS

• Atelier N°1 - Les relations dématérialisées entre l es collectivités locales et l’Etat : où en est-on en Bretagne ? • Atelier N°2 - La plate-forme régionale de télésanté : le point sur le projet et les services déployés. • Atelier N°3 - Bretagne : Région de la connaissance. 12h45 - 14h Cocktail-Déjeuner 14h00 - 15h30 RENCONTRES THEMATIQUES

• Rencontre A - L’approche "One net" (intranet, extranet, Internet), et la diffusion multi-canal (multi-sites, mobiles...) : méthodologie et partage de bonnes pratiques (organisée avec l’APRONET). • Rencontre B - Le multimédia et le lien social dans la cité : usages innovants des outils d’expression, de coopération en Bretagne (organisée avec les acteurs de l’accès public en Bretagne). • Rencontre C - TIC et services publics : concilier efficacité et respect des libertés (organisée avec Villes Internet).

15h30 - 15h45 Pause-café 15h45 - 17h00 RESTITUTION DES ECHANGES DE LA JOURNEE

Compte-rendu synthétique des ateliers et des rencontres thématiques

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 11 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Sommet mondial sur la Société de l’information : une chance à saisir

Imposer une autre vision du développement

Auteur de l’article : A. Clerc

Article extrait de l’ouvrage : Internet au service de qui ?

Source : Quart Monde – Vaincre l’exclusion n°187 août 2003

Résumé : Le SMSI s’inscrit dans la lignée des grandes manifestations de l’ONU, pour autant, il s’agit bien d’un sommet de nouvelle génération. Il a une approche prospective. Il propose aux chefs d’Etats et de gouvernements une « vision commune et partagée » de notre futur. Il est résolument tourné vers l’avenir. C’est aussi un sommet qui porte sur un thème transversal et global à savoir l’avénement de la Société de l’information. Il analyse les questions relatives au passage de la société industrielle à la société de l’information. Le SMSI de Genève de 2003 a décidé de s’ouvrir aux représentants de la société civile et du secteur privé. On implique ainsi tous les acteurs concernés par l’avénement de la société de l’information et cela permet aussi de placer l’Etat comme arbitre privilégié entre les intérêts des pouvoirs économiques et les attentes des citoyens. Le SMSI permet aux responsables politiques et économiques du monde entier de repenser la société post-industrielle. Le sommet est un véritable processus de construction d’un « agir ensemble ». Il intervient à un moment clé de notre développement mondial alors que la globalisation s’impose un peu partout dans le monde, que les Etats se concentrent désormais sur leurs prérogatives régaliennes primaires et que la pauvreté prend des dimensions alarmantes tant dans les pays en développement que dans les pays industrialisés. Le sommet permet aux différents acteurs de mener une réflexion globale qui intégrent ces mutations. La société civile invitée à participer au SMSI pourra-t-elle dépasser ses propres clivages et imposer une autre vision du développement ? Les enjeux du SMSI sont fondamentaux pour la population mondiale et plus encore pour les personnes déshéritées : accés au savoir, à l’éducation, à la diffusion et au partage des connaissances, préservation de la diversité culturelle, accès aux soins, services de proximité. Les acteurs de la société civile ont un rôle important à jouer pour placer ces enjeux au cœur de la réflexion du SMSI. Une mobilisation forte de la société civile est nécessaire pour que les gouvernements prennent acte de l’importance des enjeux et s’engagent dans la négociation à la hauteur des défis sociaux posés par l’émergence de la société de l’information

Posté le 4 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Un séminaire sur les TIC au service des handicapés dans le Pacifique adopte la déclaration de Nadi (Fidji)

Source : Unesco

Date : 04/07/2006

Résumé : le séminaire de formation sur les technologies de l’information et de la communication pour les organisations de personnes handicapées dans le Pacifique, qui s’est tenu à Nadi (Fidji) du 12 au 14 juin 2006, était un projet conjoint de l’UNESCO et de l’Association des personnes handicapées des Fidji (FDPA). Les participants ont insisté sur le fait que les TIC comptent parmi les meilleures solutions pour autonomiser les personnes handicapées. Ils exhortent les gouvernements à adopter des politiques d’accessibilité aux TIC. Dans la « déclaration de Nadi » adoptée à la fin du séminaire, les participants ont souligné que les TIC « ouvrent des perspectives d’emploi à tous les niveaux et offrent des chances de vivre indépendamment au sein de la communauté ». Mais ils ont également fait part de leurs inquiétudes. Le développement rapide des TIC a engendré « des problèmes inattendus pour certaines catégories de handicapés, et la majorité des personnes handicapées dans les pays insulaires du Pacifique sont pauvres et se trouvent exclues de l’utilisation des TIC ». Les participants ont exhorté les gouvernements, le secteur privé et les organisations de la société civile de la région du Pacifique à fixer des principes d’accessibilité pour les handicapés dans les politiques nationales et sectorielles sur les TIC

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 4 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

L’accès des handicapés au cyberespace thème de réflexion au SMSI de Tunis

Source : Unesco

Date : 16/11/2005

Résumé : Le séminaire « Les TIC et les personnes handicapées » est l’un des trois événements organisés par l’UNESCO dans le cadre de la réunion du Sommet mondial sur la société de l’information à Tunis. Le séminaire a examiné les politiques permettant de promouvoir l’accessibilité et l’intégration dans le monde numérique, notamment dans les pays en développement, et les actions à mener pour améliorer l’accès des handicapés au cyberespace en tenant compte des objectifs de participation et d’intégration des sociétés du savoir. Il s’agit d’une tribune pour débattre des politiques relatives à l’utilisation des TIC au service des handicapés. Des représentants des gouvernements, des chercheurs et des représentants de la société civile ont partagé leurs expériences et leurs idées sur l’utilité que peuvent avoir les TIC pour améliorer la vie des personnes handicapées. Cette réunion a permis d’examiner les politiques à travers le monde en matière d’utilisation des TIC au service des handicapés (déficients visuels, malentendants, personnes avec des handicaps moteurs et cognitifs…) ; de présenter des solutions permettant aux handicapés d’avoir accès à l’information, telles que les services bibliothécaires spécialisés, les logiciels libres et ouverts, les solutions adaptées pour l’information et la communication des personnes autistiques

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 4 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Le projet de la France pour une Europe numérique

Paris a présenté à ses partenaires ses réflexions en vue d’accélérer la promotion de l’économie numérique en Europe

Source : 01net.

Date : 23/06/2006

Résumé : Le ministre délégué à l’Industrie, François Loos, a exposé - à l’occasion du Conseil télécommunications qui s’est tenu à Luxembourg - la vision de la France pour faciliter l’émergence et le développement d’une « Europe numérique ». Ce document sera transmis au début de l’été à ses homologues européens. Il a évoqué tour à tour la « réduction de la fracture numérique », la diversité culturelle, l’Internet du futur, la bibliothèque numérique, le commerce électronique, la lutte contre la piraterie et la « stratégie i-2010 » initiée par la Commission européenne. Lors du sommet de Lisbonne, en 2000, l’Europe s’était fixé pour objectif de créer à la fin de la décennie « une économie basée sur la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique, afin d’enregistrer une croissance économique soutenue, caractérisée par le plein emploi et un système de protection sociale moderne ». Pour y parvenir, la France propose « d’assurer l’accès de tous à la société de l’information » et « d’accroître l’effort de R&D dans le domaine des technologies de l’information et de la communication »

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 3 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Internet ? Vous avez dit Internet ?

Débat dans le cadre de l’Université populaire de Bretagne

Article extrait de l’ouvrage : Internet au service de qui ?

Source : Quart Monde – Vaincre l’exclusion n°187 août 2003

Résumé : Au moment où l’on entre de pleins pieds dans l’ère du numérique et dans celle de la société de l’information que peut-on dire de ce que pensent, espèrent ou craignent en ce domaine les personnes ou familles qui vivent aujourd’hui dans la précarité ? Lors de l’université populaire Quart Monde de Bretagne, on a demandé à des personnes socialement défavorisées ou vivant dans la grande pauvreté de s’exprimer sur ce plan. On leur a posé les questions suivantes : "qu’évoque pour vous, la révolution de l’Internet ?" ; "Y voyez-vous une chance ou un danger ?" L’article rend compte des points de vue exprimés. Les participants à ces rencontres ont mis en place un système de mots clés qui rassemble les opinions. Sont ainsi mis en exergue pour décrire ce que représente Internet les thèmes suivants : « échange », « communication » « Révolution », « dépenses », « liens familiaux », « et les enfants ? » et « au service de qui ? » . A travers la notion d’échange, on trouve l’idée du partage : à travers Internet, on peut partager, communiquer sur ce qui arrive, sur ce que l’on vit, avoir quelqu’un avec qui parler y compris à l’autre boût du monde. Cela peut permettre de briser la solitude. Le mot clé « communication » renvoie à l’idée d’avoir des liens avec d’autres personnes et d’obtenir rapidement des informations régionales ou mondiales. On peut avec Internet rencontrer des personnes sur toute la planète pour découvrir des coutumes, des modes de vie différents … Cela permet d’apprendre sur les autres. C’est un moyen d’accèder au savoir. Le mot communication est correlé à la notion d’apprentissage. On a retenu aussi le terme « Révolution » : Internet est pour le 21ème siècle un changement important de mode de communication avec les autres dans le monde. Mais une question reste posée : est-ce que cette révolution technique ne va pas supprimer le dialogue direct entre les hommes ? On évoque aussi l’idée de « liens familiaux ». On peut retrouver une adresse sur Internet. Cela peut servir à reprendre contact avec ses parents, avec ses frères et sœurs. Internet peut permettre aux plus démunis, cassés par les difficultés de la vie, de reconstruire des liens familiaux. Mais Internet, c’est aussi pour certains l’idée de « dépense », les nouvelles technologies, ça coûte cher, ça fait gonfler la facture ténéphonique du ménage. On s’interroge sur la possibilité d’avoir des ordinateurs à pris réduits. La grande question au sujet d’Internet est aussi « Au service de qui ? » . Qui est derrière tout cela, pour quels intérêts et pour quelles causes restent des préoccupations majeures. Il revient aussi souvent dans les débats : comment développer Internet pour que ce soit vraiment un outil au service de l’humanité ?

Posté le 28 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Colloque : les immigrés dans la société de l’information

Un colectivo activo en el uso de la technologia

Source : fondation Bip Bip (Espagne)

Date : juin 2006

Résumé : la journée d’études qui a eu lieu à Madrid le 31 mai 2006 a réuni des spécialistes des questions d’immigration et ceux travaillant sur les nouvelles technologies afin de croiser ces approches. Ils ont analysé le phénomène migratoire du point de vue de sa relation à la société de l’information. L’accès à la société de l’information permet aux immigrés, à travers la maîtrise des nouvelles technologies, de trouver de meilleurs emplois dans la société d’accueil. Cela permet aussi de maintenir le contact avec la famille restée au pays. Les TIC permettent également le maintien du contact, du lien social et de la solidarité entre immigrés. Cela contribue à faciliter l’intégration et l’insertion sociale des individus. Durant cette journée d’études, on a présenté et analysé les diverses initiatives qui émanent souvent d’associations pour favoriser l’inclusion numérique (notamment la création de sites consacrés aux problèmes que rencontrent les populations migrantes)

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 23 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Le phénomène du blog politique en 2005

Conférence « Politique, démocratie et Internet »

Auteur de la communication : Fabienne Greffet - Maitre de Conférence en Sciences Politiques, Université Nancy 2 (équipe Irenne), Chercheure associée au Pacte-CNRS, Grenoble

Date : 04/04/06

Résumé : le premier blog politique en France est apparu lors de la campagne des élections Régionales de 2004. La plupart des blogs aujourd’hui sont le fait des associations. Ils abordent dans ce cas, un thème ou un combat particulier (comme par exemple celui des OGM). Le nombre de blogs politiques a véritablement explosé lors des débats sur le Traité de constitution européenne (référendum de 2005). Le nombre de blogs d’élus a également fortement augmenté depuis cette période (il est passé de 70 en septembre 2005 à environ 130 en avril 2006. Toutefois, il faut relativiser ces chiffres : il y a en France près de 520 000 élus. Il existe un effet de mode autour de ces blogs dans la presse). Cette augmentation des blogs indique néanmoins l’importance prise par les TIC dans les ménages français. Internet est devenu un média qui compte désormais, même si la télévision occupe toujours la première place. Fabienne Greffet considère que nous gagnerions à plus lire les blogs. Ils constituent un instrument d’observation très intéressant des réactions des « citoyens internautes ». A tort ou à raison, le blog apparaît comme une alternative aux médias traditionnels. La particularité des blogs politiques est d’être à la fois : un instrument d’information facilement mis à jour ; un instrument permettant de débattre ; un facteur de notorité devenu un élément obligatoire d’une campagne pour les personnalités politiques ; un instrument qui permet de rendre compte devant les citoyens ; une invitation à la personnalisation de la relation avec les internautes avec un style politique plus décontracté ; une capacité de mise en réseau d’acteurs. Toutefois, l’auteur indique que les blogs ne constituent pas pour autant une sorte « d’agora virtuelle ». Ils sont un espace de juxtaposition de discours plutôt que de débat ou de délibération. On observe, en effet, un phénomène de « communauté » peu favorable aux échanges et au débats d’idées. Les blogs permettent à des personnes partageants les mêmes points de vues, la même opinion de se retrouver. Autre difficulté : les blogs sont un instrument dont la temporalité n’est pas celle de la vie publique. Cela peut poser des malentendus importants : l’interpellation des institutions, des élus ne trouve pas toujours de réponses dans un délai court. Le phénomène des blogs est aussi le signe d’une évolution où l’on pense que chacun aurait quelque chose à dire sans avoir à s’investir dans une structure ou s’engager dans une action collective. Autre aspect qu’il faut prendre en compte : tenir un blog n’est pas un acte juridiquement sans conséquence. Les blogs qui sont, dans la plupart des cas, ouverts au public (ils n’ont pas de code d’accès) nécessitent des arbitrages entre la liberté d’expression et le respect d’autrui. Les blogs stockent, en effet, des données à caractère personnel (opinions, etc.). Quel régime juridique leur est applicable ? Doivent-ils être soumis à la loi dite « informatique et liberté ?

Lien hypertexte: Lire l’article en PDF
Posté le 21 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul