-recherche avancée

Thèmes: échange, don

I-jumelage au Forum des Usages Coopératifs à Brest

Source : Vecam

Date : 10/07/06

Résumé : les membres de I-jumelage ont tenu un atelier sur la thématique de la coopération dans la société de l’information au Forum des Usages Coopératifs à Brest. Trois acteurs du réseau ont pu témoigner de leur expérience de coopération entre Amérique Latine et Europe : Paola Bazan, membre de ITDG (Pérou), a participé à l’atelier de présentation de i-jumelage, à la rencontre organisée par le Laboratoire Marsouin sur le thème "Lien social, précarité et TIC" et est intervenue au sein de l’atelier "Développement durable et TIC". Philippe Cazeneuve, Vice-président de Créatif (France), a participé à l’échange avec le réseau des télécentres du Pérou, a participé à l’atelier i-jumelage et a animé l’atelier initié par Créatif autour de la proposition "d’états généraux en ligne de l’accès public à internet". Laura Mesen, Directrice Académique de l’école de Musique Symphonique de Perez Zeledon (Costa Rica), qui met en place un jumelage avec le service animation retraités de la ville de Fecamp, a participé à l’atelier i-jumelage. Elle monte des projets autour des TIC et de la musique. Autant d’interventions, participations et contacts qui permettront d’aboutir à de nouveaux projets de partenariats et à l’extension de notre réseau

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 12 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

L’UNESCO lance un kit pédagogique dans le cadre du projet « La jeunesse et l’art numérique »

Source : UNESCO

Date : 11/07/2006

Résumé : Le kit pédagogique dans le cadre du projet de l’UNESCO intitulé « La jeunesse et l’art numérique » est disponible en ligne. Il a pour objectif de donner aux jeunes les moyens d’utiliser les TIC de manière créative pour aborder les questions de développement, de diversité culturelle et de dialogue interculturel. Le programme « La jeunesse et l’art numérique » invite les jeunes de différentes cultures à approfondir leur connaissance des valeurs culturelles des autres cultures et à échanger leurs points de vue sur les problèmes mondiaux de notre temps, à travers un processus collaboratif fondé sur la création. Il est mis en place sur Internet. Le kit a vocation à aider les enseignants, les clubs de jeunes, les centres communautaires à créer et animer des projets d’apprentissage avec les jeunes. Le kit a été développé dans le cadre de DigiArts, le projet de l’UNESCO pour le développement d’activités interdisciplinaires en matière de recherche, de création et de communication dans le domaine des arts médiatiques. Le projet DigiArts a pour objectif de faciliter la diffusion des recherches historiques, théoriques, artistiques, techniques et scientifiques dans le domaine des arts numériques et électroniques, y compris les études interdisciplinaires sur les arts et les sciences. Il vise à promouvoir les échanges d’informations, le dialogue et la communication entre les artistes, les scientifiques et les techniciens de différentes régions géoculturelles, en permettant plus aux pays en développement de bâtir leurs propres approches et leurs propres pratiques dans tout un ensemble de domaines de connaissance liés aux arts médiatiques

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 11 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Les TIC au service de l’éducation des jeunes aveugles en Ethiopie

l

Source : Unesco

Date : 26/10/2005

Résumé : L’école pour aveugles de Wolaito Soddo, petite ville rurale d’Ethiopie située à environ 500 km au sud de la capitale Addis-Abeba, a doublé ses moyens informatiques dans le cadre d’un projet de l’UNESCO visant à intégrer les TIC dans le programme d’apprentissage de l’établissement. Cette donation permet de poursuivre le projet pilote mené par l’UNESCO pour intégrer les TIC dans le programme d’apprentissage de l’école. L’école a été dotée d’équipement informatique adapté aux malvoyants. Cette première phase comprenait également un volet formation. Cinq enseignants aveugles de l’établissement ont été initiés à l’informatique et ont appris à utiliser des périphériques tels que les embosseuses, des imprimantes permettant d’obtenir des textes en caractères braille, et les scanners. Les enseignants ont également initié les élèves à l’informatique. La nouvelle donation de matériel va étendre la place des TIC dans l’environnement d’apprentissage et permettre à tous les enseignants et élèves de se former à l’informatique. Etant donné l’insuffisance de ressources éducatives pour malvoyants en Ethiopie, la possibilité de concevoir ces ressources en interne ouvre des horizons nouveaux. Le logiciel de synthèse de la parole en amharique devrait également stimuler l’utilisation et la production de contenu électronique local et multilingue. D’autres établissements de la région sont très intéressés par ces développements et souhaitent collaborer avec l’école de Wolaito Soddo afin de pouvoir bénéficier de ces ressources. On escompte qu’à terme, grâce à la coopération et les échanges avec d’autres établissements en Ethiopie, les expériences et les connaissances acquises dans le cadre du projet pourront être partagées et reproduites

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 4 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

L’Internet, un bien commun planétaire ?

Auteur de l’article : M. Elie – Ingénieur informaticien, président de l’Observatoire des usages de l’Internet

Article extrait de l’ouvrage : Internet au service de qui ?

Source : Quart Monde – Vaincre l’exclusion n°187 août 2003

Résumé : Est-ce que l’Internet est une toute petite planète ne desservant qu’une minorité de la population mondiale bien localisée en certains endroits ? Est-ce que ce constat fait en 2001 par les auteurs du rapport du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) reste fondé ? M. Elie dresse un état des lieux. Il observe que si Internet reste une petite planète largement dominée économiquement et culturellement par les USA et les pays occidentaux, la population mondiale dont il affecte les conditions de vie est beaucoup plus élevée. Chacun est concerné, car Internet devient l’instrument de la globalisation des échanges. Ses usages affectent désormais l’ensemble de l’économie, de la santé, de l’administration, de la politique … Toutefois, l’outil Internet hérite de la très mauvaise répartition mondiale de l’infrastructure téléphonique qui lui sert de plateforme technologique de départ. Cela a pour effet l’accroissement du fossé. Dans les pays en dévéloppement, l’usage de l’Internet est freiné par l’absence ou la faiblesse des infrastructures téléphoniques mais aussi par la complexité de l’interface homme-machine utilisé. L’Internet passe par la maîtrise de l’écrit et la majorité des pages Web sont en langue anglaise. L’informatique demande aussi un apprentissage pour manipuler l’ordinateur et son environnement (clavier, souris etc.). « L’illétrisme informatique » constitue un handicap pour les populations des pays en développement. A cela s’ajoute aussi un obstacle économique qui demeure dans bien des cas encore infranchissable. Néanmoins, Internet offre aussi des opportunités pour les pays du Sud. Il contribue à l’émergence d’une nouvelle géographie avec de nouvelles frontières : les « frontières électroniques ». Des ouvertures se font sur le plan culturel, en matière d’éducation et aussi dans le domaine de l’économie. Par exemple, les échanges scolaires entre pays du Nord et pays du Sud via Internet se multiplient (e-learning, formation professionnelle à distance, coopérations diverses, etc.). Internet permet aussi de maintenir du lien entre communautés géographiquement dispercées (diaspora, immigration, etc.). Les TIC offrent aussi des possibilités d’externalisation du travail vers les pays moins développés. Toutefois, des pays restent en marge de ces changements et ont des niveaux d’équipement très bas (la Syrie). Les pays les moins développés ont peu de moyens à consacrer au développement d’Internet (infractructures, matériel informatique) et à la production de contenus numériques. L’auteur se demande si l’on va pouvoir faire à terme l’économie d’une politique mondiale de l’Internet

Posté le 30 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Internet ? Vous avez dit Internet ?

Débat dans le cadre de l’Université populaire de Bretagne

Article extrait de l’ouvrage : Internet au service de qui ?

Source : Quart Monde – Vaincre l’exclusion n°187 août 2003

Résumé : Au moment où l’on entre de pleins pieds dans l’ère du numérique et dans celle de la société de l’information que peut-on dire de ce que pensent, espèrent ou craignent en ce domaine les personnes ou familles qui vivent aujourd’hui dans la précarité ? Lors de l’université populaire Quart Monde de Bretagne, on a demandé à des personnes socialement défavorisées ou vivant dans la grande pauvreté de s’exprimer sur ce plan. On leur a posé les questions suivantes : "qu’évoque pour vous, la révolution de l’Internet ?" ; "Y voyez-vous une chance ou un danger ?" L’article rend compte des points de vue exprimés. Les participants à ces rencontres ont mis en place un système de mots clés qui rassemble les opinions. Sont ainsi mis en exergue pour décrire ce que représente Internet les thèmes suivants : « échange », « communication » « Révolution », « dépenses », « liens familiaux », « et les enfants ? » et « au service de qui ? » . A travers la notion d’échange, on trouve l’idée du partage : à travers Internet, on peut partager, communiquer sur ce qui arrive, sur ce que l’on vit, avoir quelqu’un avec qui parler y compris à l’autre boût du monde. Cela peut permettre de briser la solitude. Le mot clé « communication » renvoie à l’idée d’avoir des liens avec d’autres personnes et d’obtenir rapidement des informations régionales ou mondiales. On peut avec Internet rencontrer des personnes sur toute la planète pour découvrir des coutumes, des modes de vie différents … Cela permet d’apprendre sur les autres. C’est un moyen d’accèder au savoir. Le mot communication est correlé à la notion d’apprentissage. On a retenu aussi le terme « Révolution » : Internet est pour le 21ème siècle un changement important de mode de communication avec les autres dans le monde. Mais une question reste posée : est-ce que cette révolution technique ne va pas supprimer le dialogue direct entre les hommes ? On évoque aussi l’idée de « liens familiaux ». On peut retrouver une adresse sur Internet. Cela peut servir à reprendre contact avec ses parents, avec ses frères et sœurs. Internet peut permettre aux plus démunis, cassés par les difficultés de la vie, de reconstruire des liens familiaux. Mais Internet, c’est aussi pour certains l’idée de « dépense », les nouvelles technologies, ça coûte cher, ça fait gonfler la facture ténéphonique du ménage. On s’interroge sur la possibilité d’avoir des ordinateurs à pris réduits. La grande question au sujet d’Internet est aussi « Au service de qui ? » . Qui est derrière tout cela, pour quels intérêts et pour quelles causes restent des préoccupations majeures. Il revient aussi souvent dans les débats : comment développer Internet pour que ce soit vraiment un outil au service de l’humanité ?

Posté le 28 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Ouverture en Uruguay d’un télécentre pour aveugles soutenu par l’UNESCO

E-accessibilité

Source : UNESCO

Date : 21/06/06

Résumé : La bibliothèque publique Juan Antonio Lavalleja de Minas en Uruguay abrite un télécentre pour déficients visuels. Deux salles sont équipées de matériel de pointe à destination des handicapés. L’UNESCO apporte son soutien à ce centre. Il s’agit de favoriser l’intégration sociale des personnes défavorisées ou handicapées pour leur permettre de participer activement aux sociétés du savoir et de l’information. Des organisations privées – l’opérateur de télécommunications ANTEL et SALUS/Danone – ont fait don d’ordinateurs équipés de sortie acoustique, de magnétophones pour la lecture de livres parlés et d’une connexion Internet haut débit. L’UNESCO a fourni l’accès à des logiciels éducatifs libres. Le télécentre a également receuilli des livres imprimés en braille et du matériel 3D (cartes géographiques, jeux sensoriels) grâce à sa coopération avec des bibliothèques pour aveugles de Buenos Aires et de La Plata (Argentine)

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 21 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Conférence NetSquared : “remixing the Web for social change”

Partager et construire

Source : Sociétiq

Date : 31/05/06

Résumé : NetSquared.org est une communauté en ligne qui a pour vocation le partage entre des organisations. Elle a pour objectif de lancer des projets à but non lucratif. On peut retrouver les discussions et les débats de la conférence "remixing the web for social change", qu’elle a organisé, sur le blog de NetSquared. Il est question de mettre l’accent sur le Web à but non lucratif, de s’intéresser aux phénomènes participatifs sur Internet, les connexions sans fil, la collecte de fonds pour les associations et fondations… Cette rencontre vise à encourager l’innovation, l’expérimentation et l’implémentation. Chaque semaine, le site Internet NetSquared met en avant une activité innovante comme MobileActive.org (une plateforme qui utilise la téléphonie mobile pour faciliter l’engagement citoyen), Nabuur.com (un site citoyen qui vise à mettre en contact des personnes voisines localement des pays en voie de développement pour qu’ils puissent s’entraider).

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 14 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

IciLévis.com : portail Internet de proximité au Québec avec contenu public, associatif et de l’économie sociale locale

Source : Sociétiq

Date : 13/06/06

Résumé : la création du portail Internet de proximité IciLévis.com, dans la région de la Chaudière-Appalaches, est un exemple de site internet local mêlant les contenus d’organismes bénévoles et communautaires à ceux d’entreprises d’économie sociale. Le but est d’améliorer la vie des citoyens de Lévis et de favoriser les achats locaux. Cette démarche de portail local solidaire sur un territoire est née d’un regroupement multisectoriel d’organismes communautaires oeuvrant sur la Ville de Lévis : la Corporation de Développement Communautaire de Lévis (C.D.C.) fondée dès 1989 compte 52 organismes membres oeuvrant dans l’action communautaire à mandat social. Les missions de la C.D.C. sont de regrouper les groupes communautaires oeuvrant sur le territoire de la Ville de Lévis afin de contribuer au mieux-être de la collectivité, de rendre de meilleurs services à la population et de participer au développement régional. La C.D.C. compte aussi des activités de formation et de soutien informatique et le portail IciLévis.com est un moyen pour les membres de la C.D.C. de se tenir informés, de se concerter, d’informer la population et de communiquer avec elle. Le contenu du portail IciLévis.com est porté sur l’action : s’engager, acheter et entreprendre, vivre au quotidien (entraide, consommation…) et ce, à des fins purement sociales et communautaires sans intention de gain. Le site invite les habitants à s’impliquer dans la vie locale en devenant bénévole

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 13 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Echange de savoirs sur un blog : Activités de Troc Savoirs Vevey

Initiative locale

Source : Sociétiq

Date : 03/06/06

Résumé : Troc savoirs est une association à but non lucratif active dans la région de Vevey en Suisse. Sa fonction est de favoriser les échanges bénévoles de savoirs, dans un esprit d’amitié, de solidarité et dans une approche éco-citoyenne. Elle a mis en place un blog local consacré à l’échange de savoirs qui présente l’association et ses activités

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 13 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Internet sans fil pour tous à Montpellier

Initiative locale de l’association Montpellier-Wireless pour démocratiser les TIC

Source : @-Brest

Date : 12/06/06

Résumé : l’association Montpellier-Wireless veut permettre à tous une connexion libre et gratuite en haut-débit à Internet. Son initiative vise à développer l’infrastructure d’un vaste réseau sans-fil WI-FI répondant aux normes européennes sur Montpellier et ses environs, en accord avec les pouvoirs publics locaux. L’association Montpellier-Wireless œuvre pour l’implantation de points d’accès libres et gratuits. Pour le moment, il existe 4 points d’accès à Montpellier dans des lieux à forts passages (Place Candolle ; rue Sutra de germa ; avenue du père Soulas ; place du Millénaire). Ce réseau a pour caractéristique d’utiliser une technologie sans-fil aux normes IEEE 802.11b, jusqu’à 22Mbps (2.76 Mo/s) de vitesse de transfert, et 2.4 GHz en fréquence pour se relier à ses utilisateurs. Pour créer ce MAN (Metropolitan Area Network), l’association utilise des systèmes à base de signal radioélectrique, ainsi que toutes les technologies sans-fil qui peuvent aider dans la connexion au réseau (laser, infrarouge, satellite etc..). Montpellier-Wireless vise aussi à assurer la sécurisation du réseau dans le respect de la vie privée des internautes. L’association aide ses adhérents à partager leurs connexions et à installer leurs propres points d’accès en toute sécurité. Elle assiste toute personne souhaitant se connecter à ce réseau en apportant un support technique. La philosophie de Montpellier-Wireless ressemble à celle du logiciel libre avec la volonté de gratuité et de partage pour tous

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 12 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul