-recherche avancée

Thèmes: équipement

La place du jeu dans les espaces publics multimédias

Rencontre du 20 avril 2006

Source : EPM du Lyonnais

Date : 28/04/06

Résumé : Le réseau EPM du Lyonnais propose aux acteurs de l’accès public de la région lyonnaise des rencontres thématiques afin de réfléchir ensemble et de mutualiser des ressources sur les pratiques au sein des EPM. La rencontre du 20 avril 2006 au Centre Socioculturel de la Carnière à Saint Priest a porté sur « la place du jeu dans les EPM ». Cette rencontre a permis, à partir d’expériences concrètes, d’analyser et de débattre de la place des jeux dans les EPM : support aux apprentissages, attractivité pour certains publics, outil d’animation. On a aussi essayé de comprendre les freins existants à l’usage des jeux : nature de certains jeux, manque de pratique et de compétences des animateurs, "exclusivité" de la pratique. Les échanges ont permis de faire émerger les possibilités liées au jeu et de proposer des ressources de mise en oeuvre

Compte rendu de la rencontre en PDF

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 11 mai 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

La technologie à travers les âges

Le vieillissement de la population et les TIC

Article publié dans : La lettre Emerit n°45

Date : premier trimestre 2006

Auteur : non indiqué

Résumé : Internet est une technologie dont les modes d’appropriation et les usages évoluent en fonction des âges de la vie. Face à l’emprise croissante des nouvelles technologies dans la société, le vieillissement de la population met en évidence les risques d’inadaptation ou d’exclusion des personnes âgées de ces évolutions. Pour autant les TIC offrent des potentialités nouvelles dans le domaine de la santé ou pour la qualité de vie des seniors (maintien à domicile des personnes âgées grâce à la vidéosurveillance et aux TIC). Plusieurs facteurs exercent une influence sur l’appropriation des nouvelles technologies par les personnes âgées comme l’utilité perçue, l’influence du réseau de relations (enfants, amis), etc. L’utilité est toujours évaluée en fonction d’un contexte familial, professionnel et social. L’obstacle se présente lorsque les innovations récentes ne font pas sens pour l’individu. Le fait de ne pas percevoir d’utilité est un facteur explicatif fréquemment cité dans les enquêtes par les non utilisateurs des TIC. En revanche, les TIC trouvent leur place dans la vie des personnes âgées lorsqu’elles permettent de créer des activités, d’établir des relations nouvelles et des liens de sociabilité. Par ailleurs, les équipements informatiques et les interfaces logicielles ne sont pas forcément conçus pour un public âgé. Ils ne sont pas facilement adaptables à des déficiences visuelles, auditives ou sensori-motrices. Cela constitue un frein à l’utilisation des TIC dans cette catégorie d’âge

Lien hypertexte: Le document en PDF
Posté le 10 mai 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

L’accessibilité des TIC pour tous

Le handicap : enjeu de l’inclusion sociale

Article publié dans : La lettre emerit n°39

Date : deuxième trimestre 2004

Auteur : non indiqué

Résumé : la Commission européenne définit l’accessibilité numérique comme l’ensemble des droits, des procédures et des possibilités technologiques permettant une meilleure intégration des personnes handicapées dans une économie et une société fondées sur la connaissance. Le handicap est aujourd’hui un enjeu de l’inclusion sociale. Au niveau européen, cela se traduit par des politiques de droit de l’homme et d’égalité entre les citoyens ; des politiques d’inclusion sociale, des actions de recherche et de développement technologique dans le domaine des technologies d’assistance et de l’élaboration de normes techniques. Cinq catégories de handicap sont identifiées (handicap dans la vision, l’audition, la dextérité, la mobilité physique et la déficience cognitive) qui doivent être prises en compte par les TIC (la dernière catégorie est celle où, pour le moment, les solutions proposées sont les moins adaptées). L’article rend compte brièvement des solutions apportées à chaque type de handicap dans l’accès aux TIC

Posté le 4 mai 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Les TIC à la rescousse de la santé publique malienne

Le projet keneya Blow’n

Article publié dans : Capacity.org n°23 - ISSN 1571-7488

Auteurs : O. Ly, F. Laureys

Date : octobre 2004

Résumé : le secteur malien de la santé public est lui-même « malade » (manque de moyens, manque de personnel qualifié, corruption ...). Le projet Keneya Blow’n (« portail santé » en bambara), qui a débuté en septembre 2000, a pour objectif d’apporter des solutions et des remèdes à ces maux. Il s’agit de mettre en réseau les principaux hôpitaux du Mali grâce à Internet. Le projet vise à introduire des applications telles que la formation médicale à distance et les services d’information médicale

Posté le 3 mai 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

High-tech : cap au Sud

Les pays émergents : Eldorado pour les industriels de l’informatique et des télécommunications

Article publié dans L’Express n°2860

Semaine du 27 avril au 03 mai 2006

Résumé : Croissance forte, marchés ouverts, main-d’œuvre performantes pouvoirs d’achat en hausse, les pays émergents font figure d’Eldorado pour les industriels des TIC. La course aux prix cassés dans la fabrication des ordinateurs est ouverte. Servir les personnes oubliées jusqu’ici est en train de passer du rêve à la réalité. L’inclusion digitale devient un objectif. On est loin de l’action humanitaire. Pour les industriels du secteur, l’intérêt est évident : la majorité des foyers occidentaux est aujourd’hui équipée en informatique. L’avenir est donc au Sud qui offre de nouvelles perspectives et de nouveaux marchés. Pour les pays émergents, il s’agit d’un saut technologique ex nihilo. En Turquie, la population a adopté le portable sans passer réellement par la case du fixe. Les pays émergents (notamment la Chine, l’Inde et le Chili) font aussi de gros efforts de formation de la main-d’œuvre et d’investissement dans la recherche dans le domaine des TIC. On attend aussi beaucoup du low-cost pour diffuser massivement les TIC dans les pays en développement même si la question de l’ordinateur à 100 Dollars reste controversée

Posté le 2 mai 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Dissecting the Digital Divide

A case Study In Egypt

Author of this article : Mark Warschauer - Department of Education, University of California, Irvine, USA

Article published in : The Information Society, 19 - Copyright Taylor and Francis INC

ISSN 0197 - 2243

Date : August 2002

Summary : this article critiques theoretically the digital divide concept and supports this critique by examining a case study of technology and education in Egypt. The digital divide implies a bipolar division between the “haves” and the “have-nots” or the connected and the disconnected. According to the author, the notion of a binary divide is inaccurate. Comparing a professor at UCLA with a high speed Internet II and a rural activist in Indonesia who has no computer or phone line but who downloads information in nongovernmental organisation (NGO) has no sense. The stratification that does exist regarding access to online information has very little to do with the Internet per se, but has everything to do with political, economic, institutional, cultural and linguistic contexts that shape the meaning of the Internet in people’s lives. Thus the author considers that the inequality that does exist is social not digital. The study illustrates the social embedded ness of technology and the intertwining of computer access with broader issues of political power, thus refuting simplistic notions of divides to be overcome through provision of equipment. As the case study presented here suggests, an overemphasis on the mere presence of computers or Internet connections, without a corresponding emphasis on social mobilization and transformation, can squander resources while leaving inequity intact.

Posté le 28 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

The Digital Divide in Europe

Etude d’Eurostat sur la diffusion des TIC en Europe

Source : Statistics in Focus - Eurostat 38/2005

Date : 12/10/2005

Auteur : C. Demunter

Résumé : Depuis la dernière décennie, les TIC sont devenues accessibles à un plus large public. Mais un fossé sépare toujours ceux qui disposent d’un ordinateur et d’une connexion à Internet et ceux qui n’en ont pas accès (les « haves » et les « have-nots »). Il y a plusieurs facteurs explicatifs de cette « fracture numérique » : déficience des infrastructures, problèmes d’accès, manque de matériel informatique, déficit de formation pour pouvoir prendre part à la société de l’information, absence d’intérêt pour les TIC ... Le présent numéro de Statistics in Focus fait le point et observe les évolutions. La fracture numérique continue d’être une question d’âge en Europe (la proportion des utilisateurs d’Internet est trois fois plus élevée parmi les 16-24 ans que parmi les seniors). Il y a aussi un effet diplôme (plus on est diplômé et plus on est familiarisé avec les TIC). Les individus sont davantage connectés en milieu urbain que dans les régions rurales de l’Europe. La présence d’enfants dans le foyer est un facteur déterminant qui favorise l’accès aux TIC. L’utilisation des TIC est plus forte dans les pays du Nord de l’Europe que dans les pays candidats à l’entrée dans l’UE. Malgré une croissance des usages des TIC dans tous les groupes sociaux et dans de nombreux secteurs de la société, la fracture ne se résorbe pas. Les jeunes, les plus diplômés consolident leur position dominante dans la société de l’information. Par ailleurs, il y a aussi une fracture dans l’utilisation du e-commerce qui est aussi fonction des facteurs sociodémographiques précédemment indiqués (âge, diplôme ...)

Posté le 28 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

URBAM : des nouvelles de la borne

La RATP lance une nouvelle phase de déploiement pour ses bornes d’information en Ile-de-France

Source : Artesi

Date : 24/04/06

Résumé : Afin de mieux répondre aux attentes de ses clients, la RATP déploie depuis juin 2005 en Ile-de-France, 50 nouvelles bornes d’information URBAM dans le Métro, le RER, les gares routières Bus et dans l’aérogare d’Orly. Il s’agit d’un E-service pratique et facile à utiliser mis gratuitement à la disposition des usagers. Il comprend des informations sur les transports (plans des réseaux et des lignes, horaires, titres de transport, infos trafic...), sur le temps libre (visites de la capitale, cinéma, théâtre ...), des services citoyens (accès au site de la Ville de Paris et au site du Conseil Régional d’Ile-de-France, démarches administratives, emploi), des services de proximité (plan du quartier où la borne se situe) ainsi que les actualités et la météo. Les écrans pour la navigation sont ergonomiques et adaptés aux différents types d’utilisateurs (utilisateurs d’Internet et non utilisateurs). Les connexions se font en haut débit. La borne comprend aussi des services annexes : accès au Web et au mail en temps limité, impression papier et téléchargement sur PDA et téléphone mobile d’informations pratiques telles que les plans, rechargement des passes pour les abonnements aux transports. Les informations sont disponibles, en plus du français, en anglais et en espagnol

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 28 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Demystifying the Digital Divide

The Simple Binary Notion of Technology Haves and Have-nots doesn’t quite Compute

Author of this article : Mark Warschauer

Article published in : Scientific American, n°42

Date : August 2003

Summary : this articles discusses the theory from which the digital divide could be easily tackled by a combination of computers and Internet connections. It’s the idea that the mere presence of technology leads to familiar and standard applications of that technology, which in turn bring about social change (it’s called the “fire model” : a computer, by its mere presence, will generate learning or development as a fire generates warmth). The author has travelled around the world to study community technology programs in both developed and developing countries. He has observed those programs and their applications and has interviews many participants and organizers. For instance, he has observed experiences based on the idea of providing an access to internet without teachers and instructors. The aim was to allow people to learn at their own pace rather than through the directives of instructors. But the results of those experiments were not very concluding (people spending time playing games on the internet instead of learning or making researches). His conclusions are that technology must be considered within a specific context that includes hardware, software, support resources, infrastructure, as well as people in various roles and relationships with one another and with other elements of the system. It is what he calls “social informatics” : technology and social system continuously shape each other, like a biological community and its environment. According to the author, the combination of well-planned and low-cost infusions of technology with content development and educational campaigns targeted to social development is surely a healthy alternative to projects that rely on planting computers and waiting for something to grow. He thinks there is no binary digital divide between haves and have-nots. Technology does not exist as an external variable to be injected from the outside to bring about certain results. It is woven into social systems and process. The goal of bringing ICT to marginalized groups is not merely to overcome a technological divide but instead to further a process of social inclusion

Posté le 26 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

The Digital Divide in a World City

The Case of London

Title : The Digital Divide in a world city

By P. Foley, X. Alfonso, S. Ghani

Published by : Greater London Authority/ISBN 1 85261 378 5

Date : 2002

Summary : this report shows that a digital divide continues to exist in London. There will always be a digital divide between high, medium, low and non-users. Advantaged ICT users will probably always possess higher level of skills than Disadvantaged ICT users and adopt new technology and service before. A digital divide exists too between boroughs in this world city in link with social divide. Barriers to adoption and use of ICT by socially excluded groups are usually correlated with socio-economic factors. Access is a precondition for internet use. Lack of access to a computer keeps on being a barrier but it declines in importance year after year. Socio-personal factor (behavioural factor such as levels of interest, awareness, understanding and acceptance of ICT) are also key barriers to the adoption of ICT by socially excluded groups. The lack of interest in ICT is probably the most significant problem facing policymakers. The number of non-users with no interest remains stubbornly high. Non users have to be convinced that there is a benefit in using ICT (economic and social benefits as having access to more job information or to cheaper goods and services...). This report presents various benefits for the use of ICT in each social group. Low educational level is another factor of exclusion from ICT. Disadvantaged people don’t have the basic literacy level required to use a computer

Posté le 26 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul