-recherche avancée

Thèmes: études, enquêtes, rapports

DigiWorld 2006. Les enjeux du monde numérique

L’IDATE publie la 6ème édition de son rapport annuel

Source : Artesi/IDATE

Date : 10/04/06

Résumé : Le nouveau rapport DigiWorld 2006, publié avec le support de la "Fondation IDATE", souligne la vitalité du DigiWorld, le monde numérique. Il rend compte du succès universel de la téléphonie mobile, de la banalisation des accès haut débit, de la confirmation des nouvelles pratiques autour des blogs et du podcasting, de la reconnaissance du poids croissant et des ambitions des géants de l’Internet

Le rapport (en anglais) en document PDF

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 24 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Utilisation d’Internet par les particuliers et les entreprises en Europe

Une enquête d’Eurostat

Source : Statistiques en bref - Eurostat

Date : 2006

Résumé : Eurostat publie un panorama des usages d’Internet à travers les différents pays européens. Le pourcentage de ménages naviguant sur Internet a continué de croître en 2005 et on a enregistré une augmentation de la connexion à large bande, surtout dans les petites et moyennes entreprises (PME) et les ménages. L’Islande et les Pays-Bas présentent les taux accès à Internet les plus élevés pour les ménages, et la Finlande pour les entreprises. La connexion à large bande dans les ménages est le plus répandue en Belgique et en Estonie. Parmi les nouveaux États membres, la proportion de particuliers qui n’ont jamais utilisé Internet est plus élevée que celle des utilisateurs réguliers, sauf pour la Slovaquie et l’Estonie. Pour l’ensemble des Européens : 36% des entreprises utilisent Internet pour commander des biens et des services. Presque 90% des entreprises utilisent leur propre site Internet pour la commercialisation de produits. Les livres et les voyages représentent les achats en ligne les plus fréquents chez les particuliers.

Posté le 24 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

La France au regard des rapports comparatifs sur la diffusion d’Internet

La place de la France dans la Société de l’information stagne ou régresse

Source : @-Brest

Date : 23/04/06

Résumé : une série de rapports (World Economic Forum/Rapport de l’ONU/rapport du Taubman Center for Public Policy de Brown University/rapport annuel de l’Idate ...) fait état des évolutions de classements des pays les plus avancés en matière de TIC. Ces rapports, même si les résultats et le classement des pays varient quelque peu à cause des différences de méthodologie et de critères, n’en restent pas moins convergents sur trois points essentiels : en premier lieu, les Etats Unis sont premiers du classement, mais ils n’ont plus le leadership absolu en matière de TIC. Ils sont talonnés par d’autres pays. En second lieu, deux groupes de pays se disputent désormais les premières places en matière de compétitivité numérique mondiale : la triade asiatique Japon, Corée du Sud et Singapour et, dans le Nord de l’Europe, le Danemark, la Suède et la Finlande. Enfin, selon toutes ces études, la France stagne ou régresse dans cette compétition numérique mondiale. Elle se situe autour de la 20ème place. Certes la France a accompli depuis une dizaine d’années de gros efforts, tant en matière d’infrastructures que de développement public et privé des usages des technologies de l’information. Mais, dans le même temps, d’autres pays et notamment les pays asiatiques et scandinaves ont accompli un effort beaucoup plus important pour accélérer leur mutation vers la société de l’information. Le résultat est que le fossé numérique ne cesse de se creuser entre la France et ses voisins du nord de l’Europe. Les causes de ce retard numérique français sont multiples : absence de vision prospective et stratégique à long terme, insuffisance des investissements privés en matière de TIC, freins socioculturels puissants et longtemps sous-estimés, etc d’où le risque d’exclusion de la compétition numérique planétaire qui est à présent le moteur du développement économique, si l’on ne réagit pas vite à cette situation.

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 24 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Le CMC de Madanpokhara étend son réseau aux écoles de village

Initiative de l’UNESCO

Source : UNESCO

Date : 19/04/2006

Résumé : Avec la collaboration de l’UNESCO, le centre multimédia communautaire (CMC) de Madanpokhara vient de créer quatre nouveaux télécentres communautaires dans des écoles appartenant aux comités de développement villageois de Madanpokhara dans le district de Palpa au Népal. Les télécentres communautaires visent à améliorer l’accès aux TIC dans les villages. Ils permettent aussi aux élèves d’écouter le programme d’enseignement à distance du CMC de Madanpokhara. Le CMC associe des médias communautaires (radio et télévision), produits en langue vernaculaire par les populations locales, à l’équipement de télécentres (ordinateurs connectés à Internet, courrier électronique, téléphone, fax et photocopie). Le programme d’enseignement à distance du CMC de Madanpokhara a commencé à être diffusé sur les ondes en août 2005. L’équipe de gestion des télécentres est composée d’enseignants, de membres de comités de développement villageois et de membres du club d’auditeurs qui sont chargés du fonctionnement du centre et travaillent en étroite collaboration avec le CMC de Madanpokhara

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 21 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

La fracture numérique en Europe

Les enjeux économiques et sociaux au regard d’une Europe de la connaissance

Auteurs : P. Cohendet, L. Stojak

Source : Article paru dans Futuribles n°305

Date : février 2005

Résumé : Les années 1990 ont marqué l’avènement de « l’ère numérique » dans la plupart des sociétés développées. Si les TIC sont porteuses de modernité et d’espoirs dans un grand nombre de domaines (communication, éducation, médecine ...), elles laissent aussi un grand nombre de citoyens en marge de cette évolution. La société de l’information a, en effet, ces laissés-pour-compte en Europe et cette fracture numérique pourrait s’aggraver si rien n’est fait pour y remédier. Dans une première partie, les auteurs définissent cette fracture numérique. Ils distinguent l’approche technologique (l’inégalité d’accès est mesurée par le nombre d’utilisateurs) de l’approche socio-économique (qui englobe l’approche technologique, mais tient aussi compte de la capacité financière d’acheter des produits dérivés des TIC et du niveau de compétences des individus dans l’utilisation des TIC). Les auteurs proposent ensuite un découpage de la société en catégories selon leur potentialité d’accès aux TIC. Ils distinguent des catégories d’utilisateurs et de non utilisateurs d’Internet (les « have » versus les « have not ») faisant état des inégalités sociales, géographiques et des effets liés à l’âge dans la diffusion des TIC. Ils montrent que, au fur et à mesure que les possibilités de connexion à Internet vont augmenter et que les prix vont diminuer, la diffusion des TIC va progresser dans la société, mais pas à la même vitesse selon les catégories précédemment établies. On s’oriente alors vers une société duale à deux vitesses. Dans une seconde partie, les auteurs montrent en quoi réduire la fracture numérique constitue un enjeu crucial pour l’avenir de l’Europe. La réduction de cette fracture vise à éviter que ne s’élargisse le fossé entre anciens et nouveaux Etats membres de l’Union européenne et plus généralement entre les zones dynamiques et densément peuplées et les territoires enclavés et isolés de l’espace européen. Le vieillissement annoncé de la population européenne rend aussi urgent la réduction de la fracture numérique. L’objectif affiché de l’UE de devenir l’économie de la connaissance la plus compétitive du monde passe aussi par le développement du numérique. Dans une troisième partie, les auteurs proposent une série de mesures politiques visant à réduire la fracture numérique. Ils préconisent la généralisation de l’apprentissage des TIC à l’ensemble de la société européenne, l’aménagement numérique du territoire européen (encourager le développement d’infrastructures modernes de communication) et la mise en place d’une service universel d’accès à Internet haut débit quel que soit le lieu de vie des Européens.

Posté le 13 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Au-delà de la « fracture numérique », l’appropriation et la médiation à l’œuvre

L’insertion territoriale des cybercentres en région Nord - Pas de Calais

Auteur : B. Raoul - Gérico - Université Lille III

Communication de l’auteur lors de la Conférence Internationale : « TIC et Inégalités : les fractures numériques », Paris, Carré des Sciences - Faculté Jean Monnet - Université Paris Sud

Date : 18-19 novembre 2004

Résumé : La politique publique du Conseil Régional Nord - Pas de Calais a pour ambition avec « l’opération Cyber Nord - Pas de Calais » de favoriser l’accès des habitants de la région aux outils informatiques et au réseau Internet, ainsi que de susciter l’émergence de projets locaux prenant appui sur les TIC susceptibles de créer de nouvelles activités et de nouveaux emplois. C’est au nom de la lutte contre la « fracture numérique » qu’est présentée la politique régionale. La présente communication vise à mettre en débat la notion de « fracture numérique » dans le cas concerné au regard de la problématique du développement social et territorial en prenant appui sur d’autres concepts comme ceux de médiation et d’appropriation qui amènent la réflexion sur la capacité des acteurs locaux à se saisir des opportunités qu’offre une telle politique publique

Posté le 10 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

UNESCO : Ressources pédagogiques libres

Le rapport sur le forum en ligne est disponible

Source : UNESCO

Date : 05/04/06

Résumé : Durant six semaines fin 2005, environ 480 personnes de 90 pays se sont réunies virtuellement pour participer à un forum de discussion Internet sur les « Ressources pédagogiques libres » organisé par l’Institut international de l’UNESCO pour la planification de l’éducation (IIPE). Le rapport final sur le forum de discussion est désormais disponible

Le rapport final en ligne

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 10 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

La fracture numérique Nord-Sud

Les opportunités des TIC dans les pays du Sud

Auteur : J.-F. Soupizet

Editions Economica/ISBN 2-7178-4938-6

Date de parution : Paris, 2005

Résumé : il s’agit de la publication d’une thèse remaniée de Sciences Economiques sur la fracture numérique. Les réseaux de télécommunications structurent l’organisation de nos sociétés et conditionnent leurs évolutions. La société de l’information qu’ils véhiculent se nourrit de l’innovation technologique. La fracture numérique Nord-Sud qui sépare ceux qui sont connectés de ceux qui ne sont pas reliés au réseau n’est donc pas simplement une inégalité additionnelle qui s’ajouterait aux fossés existants. Elle s’élargit avec l’arrivée des nouveaux outils de la communication et s’approfondit avec l’intensification de leurs usages, menaçant d’exacerber toutes les autres inégalités. Pour autant, cette évolution est-elle inéluctable ? Non, répond l’auteur qui identifie des opportunités immenses, liées au développement des marchés des petits consommateurs des pays du Sud. Réaliser ce potentiel nécessiterait des modes d’accès innovants, des règles nouvelles et une mobilisation industrielle : autant de défis que le Nord et le Sud ont un intérêt commun à relever

Posté le 7 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Pour combattre les inégalités dans la société de l’information

Une radiographie de la fracture numérique. Internet et inégalités

Auteurs : P. Vendramin, G. Valenduc

Editions Labor/ISBN 2-8040-1778-8

Date : 2003

Résumé : Réflexion sur les défis majeurs auxquels il faudra faire face dans la lutte contre les inégalités d’accès à Internet. Le premier défi est celui de la « Liberté et de la diversité ». Pour le moment cohabitent sur le Web un Internet commercial, un Internet pratique et d’intérêt général, un Internet de loisirs, un Internet de partage des connaissances, un Internet de solidarité et d’entraide. Mais des intérêts commerciaux et financiers ont investi progressivement les organes de gouvernance et de régulation d’Internet, ce qui soulève des inquiétudes quant à la diversité des contenus sur le Web. Etre vigilant sur qui contrôle l’accès et les contenus du Web est un enjeu majeur de défense des libertés démocratiques. Le deuxième défi est celui de l’exclusion. De nombreuses enquêtes ont montré qu’Internet renforce les inégalités existantes et creuse de nouveaux fossés. Toutefois, ce réseau peut aussi ouvrir des perspectives nouvelles à des groupes, des régions, des pays en développement. Dans une économie mondialisée, être exclu d’Internet c’est être exclu des réseaux d’échanges planétaires. Le troisième défi est celui de l’éducation. La capacité de traiter de l’information et du savoir présents sur le Web (savoir chercher et sélectionner les informations, déterminer leur validité) est autrement plus complexe que la seule question technique de la navigation

Posté le 7 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Trois interprétations des inégalités dans l’accès aux TIC

Une radiographie de la fracture numérique. Internet et inégalités

Auteurs : P. Vendramin, G. Valenduc

Editions Labor/ISBN 2-8040-1778-8

Date : 2003

Résumé : Réflexion sur les trois interprétations de l’inégalité d’accès à Internet. La première interprétation attribue les inégalités aux imperfections des marchés. La fracture numérique serait ainsi due à un rythme trop lent de diffusion du progrès technique et à une pénétration insuffisante des marchés. Les solutions envisagées sont donc axées sur une libéralisation accrue des marchés des télécommunications censée favoriser l’accès des usagers par le jeu de la concurrence entre opérateurs. La seconde interprétation des inégalités considère que l’accès pour tous aux TIC est une condition de la démocratie. La diffusion des TIC est vue comme un élément de cohésion sociale et d’intégration des groupes défavorisés. Les politiques à mener concernent donc l’égalité pour tous aux TIC. Elles s’appuient sur le soutien des pouvoirs publics. Une troisième interprétation met en avant les inégalités préalables à l’exclusion numérique. La fracture numérique n’existerait pas en tant que telle, elle ne serait que le reflet d’inégalités sociales préexistantes qui se transforment avec la diffusion des TIC (certaines inégalités se réduisent, d’autres s’accentuent). Les solutions envisagées suggèrent d’agir d’abord sur les facteurs socioéconomiques qui sont les causes des inégalités

Posté le 7 avril 2006 par EComtat - Consulter cet article seul