-recherche avancée

Thèmes: télécentres

I-jumelage au Forum des Usages Coopératifs à Brest

Source : Vecam

Date : 10/07/06

Résumé : les membres de I-jumelage ont tenu un atelier sur la thématique de la coopération dans la société de l’information au Forum des Usages Coopératifs à Brest. Trois acteurs du réseau ont pu témoigner de leur expérience de coopération entre Amérique Latine et Europe : Paola Bazan, membre de ITDG (Pérou), a participé à l’atelier de présentation de i-jumelage, à la rencontre organisée par le Laboratoire Marsouin sur le thème "Lien social, précarité et TIC" et est intervenue au sein de l’atelier "Développement durable et TIC". Philippe Cazeneuve, Vice-président de Créatif (France), a participé à l’échange avec le réseau des télécentres du Pérou, a participé à l’atelier i-jumelage et a animé l’atelier initié par Créatif autour de la proposition "d’états généraux en ligne de l’accès public à internet". Laura Mesen, Directrice Académique de l’école de Musique Symphonique de Perez Zeledon (Costa Rica), qui met en place un jumelage avec le service animation retraités de la ville de Fecamp, a participé à l’atelier i-jumelage. Elle monte des projets autour des TIC et de la musique. Autant d’interventions, participations et contacts qui permettront d’aboutir à de nouveaux projets de partenariats et à l’extension de notre réseau

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 12 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Introduction de l’informatique en langue locale dans les CMC népalais soutenus par l’UNESCO

Rendre les TIC plus accessibles

Source : UNESCO

Date : 03/07/06

Résumé : la méconnaissance de l’anglais est un obstacle qui empêche des populations d’utiliser les technologies de l’information et de la communication (TIC). Pourtant l’accès à l’information est considéré comme un droit fondamental de la personne humaine. Une grande partie de la population népalaise est privée de ce droit à cause de la barrière de la langue. Sans la mise en place de solutions en langue locale, les populations rurales du Népal qui ne comprennent pas l’anglais ni d’autres langues courantes sur Internet resteront exclues de l’information, de l’éducation et du savoir. Sous l’égide de l’UNESCO, dix-sept formateurs et bénévoles des centres multimédia communautaires (CMC) népalais ont participé à un atelier consacré à l’installation et l’utilisation de Nepalinux, un système d’exploitation libre et gratuit. La formation devrait contribuer à faire de la langue locale un facteur déterminant pour réduire la fracture numérique et la fracture de l’information. Les connaissances acquises pendant la formation vont permettre aux formateurs et aux utilisateurs des CMC et des télécentres d’avoir accès à Internet mais également de créer du contenu en langue locale. Nepalinux est fourni avec un ensemble de logiciels (GNOME, Open Office, la suite Mozilla) et divers utilitaires comme la prise en charge Unicode pour le népali ainsi qu’un dictionnaire de synonymes et un correcteur orthographique en népali

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 3 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

L’Internet, un bien commun planétaire ?

Auteur de l’article : M. Elie – Ingénieur informaticien, président de l’Observatoire des usages de l’Internet

Article extrait de l’ouvrage : Internet au service de qui ?

Source : Quart Monde – Vaincre l’exclusion n°187 août 2003

Résumé : Est-ce que l’Internet est une toute petite planète ne desservant qu’une minorité de la population mondiale bien localisée en certains endroits ? Est-ce que ce constat fait en 2001 par les auteurs du rapport du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) reste fondé ? M. Elie dresse un état des lieux. Il observe que si Internet reste une petite planète largement dominée économiquement et culturellement par les USA et les pays occidentaux, la population mondiale dont il affecte les conditions de vie est beaucoup plus élevée. Chacun est concerné, car Internet devient l’instrument de la globalisation des échanges. Ses usages affectent désormais l’ensemble de l’économie, de la santé, de l’administration, de la politique … Toutefois, l’outil Internet hérite de la très mauvaise répartition mondiale de l’infrastructure téléphonique qui lui sert de plateforme technologique de départ. Cela a pour effet l’accroissement du fossé. Dans les pays en dévéloppement, l’usage de l’Internet est freiné par l’absence ou la faiblesse des infrastructures téléphoniques mais aussi par la complexité de l’interface homme-machine utilisé. L’Internet passe par la maîtrise de l’écrit et la majorité des pages Web sont en langue anglaise. L’informatique demande aussi un apprentissage pour manipuler l’ordinateur et son environnement (clavier, souris etc.). « L’illétrisme informatique » constitue un handicap pour les populations des pays en développement. A cela s’ajoute aussi un obstacle économique qui demeure dans bien des cas encore infranchissable. Néanmoins, Internet offre aussi des opportunités pour les pays du Sud. Il contribue à l’émergence d’une nouvelle géographie avec de nouvelles frontières : les « frontières électroniques ». Des ouvertures se font sur le plan culturel, en matière d’éducation et aussi dans le domaine de l’économie. Par exemple, les échanges scolaires entre pays du Nord et pays du Sud via Internet se multiplient (e-learning, formation professionnelle à distance, coopérations diverses, etc.). Internet permet aussi de maintenir du lien entre communautés géographiquement dispercées (diaspora, immigration, etc.). Les TIC offrent aussi des possibilités d’externalisation du travail vers les pays moins développés. Toutefois, des pays restent en marge de ces changements et ont des niveaux d’équipement très bas (la Syrie). Les pays les moins développés ont peu de moyens à consacrer au développement d’Internet (infractructures, matériel informatique) et à la production de contenus numériques. L’auteur se demande si l’on va pouvoir faire à terme l’économie d’une politique mondiale de l’Internet

Posté le 30 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Apprendre à lire et à écrire à l’aide des TIC

Programme d’éducation non formelle à l’aide des TIC

Source : UNESCO

Date : 28/06/06

Résumé : Cinq centres d’apprentissage communautaires participent au projet « Programmes d’éducation non formelle à l’aide des TIC ». Ce programme est soutenu par l’Unesco. Il vise à permettre l’alphabétisation des populations à l’aide des TIC. Les centres proposent des ateliers d’alphabétisation où les participants apprennent à l’aide de CD-ROM à lire et à écrire dans leur langue. On utilise les TIC et le multimédia pour éveiller l’intérêt des apprenants et améliorer l’éducation non formelle. Les cours sont, en effet, radicalement différents des cours d’alphabétisation traditionnellement dispensés dans d’autres centres d’apprentissage en Inde. Au lieu d’utiliser les manuels d’alphabétisation classiques – dont le contenu correspond rarement aux besoins des apprenants – le cours repose sur la création de contenu local. Les participants ont ainsi pu concevoir un contenu pédagogique personnalisé à l’aide d’une caméra numérique et d’autres technologies de l’information et de la communication. L’approche personnalisée renforce l’efficacité du processus d’apprentissage et motive l’apprenant. Le programme s’adresse à des personnes de tous âges. Le programme ne se limite pas à l’alphabétisation. Il s’agit d’un ensemble intégré de projets dont le point commun est de promouvoir l’utilisation des TIC pour améliorer la portée et la qualité de l’apprentissage et de la formation dans tous les contextes éducatifs. Les cinq centres indiens travaillent actuellement avec l’UNESCO au développement de stratégies de développement durable dans les villages. Le plus gros des dépenses du programme est destiné à l’acquisition de caméras numériques et d’ordinateurs équipés de modem, téléphone, imprimante, logiciels et écran tactile

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 28 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Panorama numérique de l’Asie-Pacifique 2005-2006

Source : Digital review

Résumé : le Panorama numérique de l’Asie-Pacifique rend compte de l’état du déploiement des TIC dans la région. Il propose des analyses de synthèse quant à la façon dont la région traite les questions et les préoccupations que soulève le déploiement de nouvelles technologies visant à favoriser le développement socioéconomique des sociétés de l’information en Asie-Pacifique. Cinq organisations collaborent à cette initiative : le Programme de réseaux Pan Asie (PAN) du Centre de recherches pour le développement international (CRDI), le Programme d’information pour le développement Asie-Pacifique (APDIP) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Institut francophone des nouvelles technologies de l’information et de la formation (INTIF) de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF), ainsi que le Réseau des chaires UNESCO en communication (Orbicom). L’édition 2005-2006 fournit des mises à jour sur les 27 économies couvertes par l’édition précédente et en inclut 2 nouvelles, à savoir l’Iran et les Maldives. Elle comporte en outre une toute nouvelle section thématique qui présente une variété de points de vue sur 1) la réduction de la fracture numérique, 2) la gouvernance de l’Internet, 3) les aspects sociaux, politiques et culturels des TIC et 4) l’appropriation des TIC. Cette section propose également des chapitres offrant une vue d’ensemble des États insulaires du Pacifique, de l’ANASE et de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC). On peut télécharger gratuitement les informations sur chaque pays de l’Asie-Pacifique sur le site de Digital review

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 28 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Ouverture en Uruguay d’un télécentre pour aveugles soutenu par l’UNESCO

E-accessibilité

Source : UNESCO

Date : 21/06/06

Résumé : La bibliothèque publique Juan Antonio Lavalleja de Minas en Uruguay abrite un télécentre pour déficients visuels. Deux salles sont équipées de matériel de pointe à destination des handicapés. L’UNESCO apporte son soutien à ce centre. Il s’agit de favoriser l’intégration sociale des personnes défavorisées ou handicapées pour leur permettre de participer activement aux sociétés du savoir et de l’information. Des organisations privées – l’opérateur de télécommunications ANTEL et SALUS/Danone – ont fait don d’ordinateurs équipés de sortie acoustique, de magnétophones pour la lecture de livres parlés et d’une connexion Internet haut débit. L’UNESCO a fourni l’accès à des logiciels éducatifs libres. Le télécentre a également receuilli des livres imprimés en braille et du matériel 3D (cartes géographiques, jeux sensoriels) grâce à sa coopération avec des bibliothèques pour aveugles de Buenos Aires et de La Plata (Argentine)

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 21 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

L’UNESCO soutient la création de la première radio communautaire au Bangladesh

Répondre aux besoins d’information de la population locale

Source : UNESCO

Date : 19/06/06

Résumé : Un centre multimédia communautaire pour la jeunesse est créé au Bangladesh avec le soutien du Programme international de l’UNESCO pour le développement de la communication. Le projet vise à réaliser la première radio communautaire câblée dans le district de Sitakund. Le centre utilisera différents moyens (télévision câblée, enceintes, lecteurs audio et vidéo) pour répondre aux besoins en information et toucher la communauté locale. Il organise pour le moment des ateliers de formation pour monter une radio : ateliers techniques d’enregistrement ; atelier de montage ; atelier sur la philosophie de la radio communautaire et sur la sensibilisation à l’importance de la participation de la communauté et de l’appropriation collective du nouveau média. Le studio du YCMC produira du contenu d’intérêt local en bengali pour une programmation quotidienne d’une heure et demie. Le studio est relié au réseau câblé qui dessert un millier de foyers à Sitakund. Pour les personnes qui n’ont pas de poste de télévision, le CMC prévoit d’installer des enceintes reliées directement au studio. Les sujets proposés pour la création de contenu sont les suivants : problèmes environnementaux, droits des travailleurs, droits des femmes, éducation pour tous, chômage, handicap, harmonie collective, identité et culture locales

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 20 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Rencontre entre centres d’accès public à Internet Africain et Français

Echange et partage d’expériences

Source : @-Brest

Date : 16/06/06

Résumé : la Fédération des Centres Sociaux de Paris, le Ministère des Affaires Etrangères, la Goutte d’Ordinateur et la Salle Saint Bruno organisent, le 27 juin 2006, une rencontre avec des responsables de centres ADEN (Appui au Désenclavement Numérique) - centres d’accès public à Internet implantés en Afrique, et d’EPN français. Cette rencontre a pour but d’échanger autour des pratiques des uns et des autres, de comparer les dispositifs mais aussi de créer des contacts entre ces structures, afin de faciliter l’identification et la mise en oeuvre de futurs projets de coopération. L’entrée libre et gratuite

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 19 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

L’UNESCO assistera au Conseil stratégique de l’Alliance mondiale pour les TIC au service du développement

Promouvoir l’usage des TIC pour le développement

Source : Unesco

Date : 12/06/06

Résumé : L’UNESCO constitue l’un des 60 sièges du Conseil stratégique de l’Alliance mondiale pour les TIC au service du développement. L’Alliance mondiale doit tenir sa réunion inaugurale les 19 et 20 juin 2006 à Kuala Lumpur en Malaisie. Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a approuvé le lancement de l’Alliance mondiale, plateforme inclusive et multipartite pour la promotion de l’usage des TIC dans les activités visant à atteindre les objectifs de développement internationaux, dont les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Il revient à l’Alliance mondiale de définir des solutions afin que toutes les populations à travers le monde puissent avoir accès aux technologies, à la croissance économique et à des opportunités dans le domaine de l’éducation

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 12 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Un portail national et local pour les personnes précaires en projet aux Etats-Unis : Public Internet Channel initié par One Economy Corporation

Lutter contre l’exclusion sociale et numérique

Sources : Sociétiq/republié dans @-Brest

Date : 10/06/06

Résumé : L’ONG américaine One Economy Corporation, spécialisée dans des actions de lutte contre l’exclusion numérique et sociale, a lancé un nouveau programme baptisé "Public Internet Channel" (PIC). Ce programme consiste en la création d’un portail Internet d’intérêt public (en anglais et en espagnol) pour les personnes les plus démunies regroupant des informations et services essentiels sur : les situations d’urgence, l’éducation, la santé, l’emploi, les moyens de subsistance et la citoyenneté. Public Internet Channel utilise des ressources audio, vidéo et des présentations multimédias pour faciliter son appropriation et son utilisation par des publics en difficulté. Le but du programme est d’accéder à des services sociaux en ligne aussi facilement qu’il est possible d’accéder à de l’information sur les médias et la culture à partie du portail Yahoo. One Economy Corporation oeuvre depuis plusieurs années avec des initiatives fortes présentées sur son site Internet : le portail TheBeehive.org aidant les personnes à faibles revenus à trouver des informations sur le logement, la santé, le monde scolaire et fournissant du contenu d’apprentissage scolaire pour les enfants... ; l’accès public à l’Internet avec différents programmes ciblés de connexion, d’équipement et d’appropriation de l’informatique et de l’Internet ; le projet Digital Connectors qui offre des formations à des adolescents de 14 à 21 ans pour que ceux-ci aident des personnes précaires à utiliser internet ; la fourniture d’expertise et d’assistance technique pour des municipalités montant des programmes de lutte contre l’exclusion numérique ; One Global Economy qui travaille dans les Pays du Sud pour des projets humanitaires de développement d’activités par les TIC ; le Katrina Help Center qui offre un portail de services et d’information destiné à aider les habitants de la Nouvelle-Orléans et de la zone dévastée par l’ouragan Katrina

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 12 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul