-recherche avancée

Publics éloignés

Des émissions de radiotélévision pour lutter contre la pauvreté aux Tonga

Source : Unesco

Date : 06/07/06

Résumé : TBC, la radiotélévision des Tonga a réalisé des émissions sur la pauvreté et la lutte contre la pauvreté aux Tonga. Avec le soutien du Programme international de l’UNESCO pour le développement de la communication (PIDC), les émissions ont été diffusées à la radio et à la télévision pour toucher le grand public. Les émissions étaient destinées à informer l’opinion publique sur le niveau de vie dans les cinq groupes d’îles des Tonga. Les reportages se sont en particulier intéressés à la situation dans le groupe très isolé des îles Ha’apai, extrêmement touchées par l’émigration vers la capitale Tongatapu et vers l’étranger. Les émissions ont pour thèmes la réduction de la faim, l’éducation, la santé, l’environnement, le logement, et l’enfance et la jeunesse. Elles associent des reportages sur le terrain et des enquêtes de chercheurs pour informer l’opinion publique. Les émissions sont destinées à aider le gouvernement et les ONG à élaborer des programmes de réduction de la pauvreté adaptés. Le rapport complet de la TBC peut être téléchargé

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 6 juillet 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Les TIC, facteur d’estime de soi et de lien social

E-europe, e-inclusion, Riga Juin 2006

Source : @-Brest

Auteurs : Michel Briand, Philippe Cazeneuve, Elisabeth Le Faucheur Joncour

Date : 29/06/2006

Résumé : réflexion présentée par Michel Briand, Annabelle Boutet, Philippe Cazeneuve, Elisabeth Le Faucheur Joncour en vue de la rencontre de Riga sur l’e-inclusion. Cette réfexion résulte de travaux de recherches menés dans un quartier populaire de Brest, d’échanges d’expériences initiés entre ATD Quart Monde, la ville de Brest, le GIS Marsouin et de rencontres avec d’autres acteurs brestois (ville, associations, dispositifs sociaux, etc) et nationaux. L’e-inclusion est généralement pensée en termes économiques : l’augmentation du nombre d’usagers de l’Internet passerait essentiellement par le déploiement de dispositifs d’accès et par des incitations financières dans une logique d’appui à la diffusion des techniques. Les politiques publiques sont limitées à quelques initiatives locales autour de l’accès public accompagné en faveur des personnes socialement éloignées. Pourtant pour ces personnes éloignées des TIC, le « fossé » numérique ne relève pas seulement d’une question d’équité d’accès. Les pratiques de médiation observées dans les lieux d’accès publics, amènent les auteurs de l’article à développer une approche nouvelle orientée vers la prise en compte et la reconnaissance des personnes (parfois en situation de grande précarité et marginalisées), dans leurs différences, culturelle et sociale. Une telle approche génère chez les usagers une palette d’activités, dont la production de contenus. La ville de Brest, le GIS Marsouin et l’association Créatif travaillent ensemble sur cette question de la médiation entre les personnes et les outils numériques, facteurs de reconquête de l’estime de soi, de création de liens avec les autres et de dynamique sociale. La médiation entre la technologie et la personne est déterminante de l’apprentissage. Le moindre progrès dans l’utilisation et la maîtrise des outils est facteur de valorisation des individus et modifie la représentation qu’ils ont d’eux mêmes. La médiation associée à un lieu permet de créer du lien entre les personnes et favorise le développement local. Un des enjeux majeurs de cette démarche est le travail de co-construction dans lequel les ‘usagers’ participent activement à leur apprentissage. Les auteurs préconisent la mise en place de dispositifs d’échanges d’expériences, de réflexion et d’actions entre les acteurs de terrain intervenant auprès des personnes éloignées des TIC, dans une logique de capitalisation et de mutualisation. L’objectif est de faire le recueil des pratiques, des expériences et de les modéliser et de les analyser par des équipes de chercheurs

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 29 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Internet ? Vous avez dit Internet ?

Débat dans le cadre de l’Université populaire de Bretagne

Article extrait de l’ouvrage : Internet au service de qui ?

Source : Quart Monde – Vaincre l’exclusion n°187 août 2003

Résumé : Au moment où l’on entre de pleins pieds dans l’ère du numérique et dans celle de la société de l’information que peut-on dire de ce que pensent, espèrent ou craignent en ce domaine les personnes ou familles qui vivent aujourd’hui dans la précarité ? Lors de l’université populaire Quart Monde de Bretagne, on a demandé à des personnes socialement défavorisées ou vivant dans la grande pauvreté de s’exprimer sur ce plan. On leur a posé les questions suivantes : "qu’évoque pour vous, la révolution de l’Internet ?" ; "Y voyez-vous une chance ou un danger ?" L’article rend compte des points de vue exprimés. Les participants à ces rencontres ont mis en place un système de mots clés qui rassemble les opinions. Sont ainsi mis en exergue pour décrire ce que représente Internet les thèmes suivants : « échange », « communication » « Révolution », « dépenses », « liens familiaux », « et les enfants ? » et « au service de qui ? » . A travers la notion d’échange, on trouve l’idée du partage : à travers Internet, on peut partager, communiquer sur ce qui arrive, sur ce que l’on vit, avoir quelqu’un avec qui parler y compris à l’autre boût du monde. Cela peut permettre de briser la solitude. Le mot clé « communication » renvoie à l’idée d’avoir des liens avec d’autres personnes et d’obtenir rapidement des informations régionales ou mondiales. On peut avec Internet rencontrer des personnes sur toute la planète pour découvrir des coutumes, des modes de vie différents … Cela permet d’apprendre sur les autres. C’est un moyen d’accèder au savoir. Le mot communication est correlé à la notion d’apprentissage. On a retenu aussi le terme « Révolution » : Internet est pour le 21ème siècle un changement important de mode de communication avec les autres dans le monde. Mais une question reste posée : est-ce que cette révolution technique ne va pas supprimer le dialogue direct entre les hommes ? On évoque aussi l’idée de « liens familiaux ». On peut retrouver une adresse sur Internet. Cela peut servir à reprendre contact avec ses parents, avec ses frères et sœurs. Internet peut permettre aux plus démunis, cassés par les difficultés de la vie, de reconstruire des liens familiaux. Mais Internet, c’est aussi pour certains l’idée de « dépense », les nouvelles technologies, ça coûte cher, ça fait gonfler la facture ténéphonique du ménage. On s’interroge sur la possibilité d’avoir des ordinateurs à pris réduits. La grande question au sujet d’Internet est aussi « Au service de qui ? » . Qui est derrière tout cela, pour quels intérêts et pour quelles causes restent des préoccupations majeures. Il revient aussi souvent dans les débats : comment développer Internet pour que ce soit vraiment un outil au service de l’humanité ?

Posté le 28 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Colloque : les immigrés dans la société de l’information

Un colectivo activo en el uso de la technologia

Source : fondation Bip Bip (Espagne)

Date : juin 2006

Résumé : la journée d’études qui a eu lieu à Madrid le 31 mai 2006 a réuni des spécialistes des questions d’immigration et ceux travaillant sur les nouvelles technologies afin de croiser ces approches. Ils ont analysé le phénomène migratoire du point de vue de sa relation à la société de l’information. L’accès à la société de l’information permet aux immigrés, à travers la maîtrise des nouvelles technologies, de trouver de meilleurs emplois dans la société d’accueil. Cela permet aussi de maintenir le contact avec la famille restée au pays. Les TIC permettent également le maintien du contact, du lien social et de la solidarité entre immigrés. Cela contribue à faciliter l’intégration et l’insertion sociale des individus. Durant cette journée d’études, on a présenté et analysé les diverses initiatives qui émanent souvent d’associations pour favoriser l’inclusion numérique (notamment la création de sites consacrés aux problèmes que rencontrent les populations migrantes)

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 23 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Fracture numérique hommes femmes : communication de Delphine Nana

Les TIC, levier de développement, moteur de croissance des pays africains ?

Source : Sociétiq

Date : 07/06/06

Résumé : lors du séminaire international sur les TIC : "Les TIC, levier de développement, moteur de croissance des pays africains ?" - organisé par Sud&TIC à Yaoundé (Cameroun) du 15 au 17 mars 2006, la communication de Delphine Nana a posé les bases de la problématique de la fracture numérique de genres (hommes femmes). Elle présente les facteurs agravants de cette exclusion numérique pour les femmes des pays émergents. Elle indique qu’outre la fracture sociale et économique, est venue s’ajouter aujourd’hui une autre fracture : la fracture numérique. C’est un triple fossé à combler si ce n’est plus : fossé social, économique, numérique et de genre. C’est une course d’obstacles et un défi pour les femmes. Les TIC sont un vrai saut périlleux. Vont-elles retomber sur leurs pieds ? S’il est encore difficile pour les femmes des pays développés d’accéder aux TIC, que dire alors de celles qui se trouvent dans les pays émergents et qui doivent faire face à la pauvreté. Néanmoins, il est clair que pour les femmes des pays émergents, les TIC peuvent être des facteurs clés pour combler le fossé socio-économique. Elles doivent résolument s’inscrire dans cette révolution technologique. L’équitable accès des femmes aux TIC et à la liberté d’information est vital, car il leur permet une intégration réelle dans la vie sociale, économique, politique et autres champs du développement humain. Mais le fossé du genre est encore un handicap et peut empêcher les femmes de profiter de la révolution numérique. De plus, dans les pays en développement les infrastructures TIC se trouvent le plus souvent dans les zones urbaines alors que beaucoup de femmes vivent dans les zones rurales. Les femmes mêmes quand elles ne sont pas analphabètes, ne maîtrisent pas les langues qui font accéder aux TIC (l’anglais, le français, etc.). La marginalisation technologique des femmes signifie qu’elles vont aussi ne pas profiter des opportunités d’éducation, de formation et d’emploi qui pourraient émerger grâce aux TIC ce qui continuera à entretenir le cercle vicieux de la pauvreté et l’inégalité hommes femmes. Pour que les femmes puissent sortir de ce cycle infernal, il faudrait, selon l’auteur, que l’approche genre soit institué et adopté dès la mise en place des projets de développement

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 14 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Internet à deux vitesses – la suite de l’article "Cyber-monde en Cybérie"

Internet et inégalités

Source : Jean-Pierre Cloutier : le blogue - blog Cyberie

Date : 10/06/06

Résumé : Jean-Pierre Cloutier indique sur son blog que la menace d’un Internet à deux vitesses se précise. Après une journée de débats et malgré le lobbying de Google, Amazon, eBay, la chambre des représentants du Parlement américain vient de rejeter, à 269 voix contre 152, un amendement démocrate de la loi COPE (Communications Opportunity, Promotion, and Enhancement) visant à défendre le concept de "neutralité du net". En vertu de cette loi, il serait permis aux opérateurs des dorsales de transmission de données de mettre en place une infrastructure double, soit des voies rapides payantes pour certains contenus, puis des voies « ordinaires » pour le reste. Il reste une seule possibilité d’éviter cette fracture des services, soit que le Sénat qui doit se pencher sur ce projet de loi rejette la séparation des services, ce qui n’est pas acquis. Ces dispositions législatives pour permettre un service à deux vitesses ont été suggérées par de grands opérateurs comme AT&T, Bell South et Verizon Communications qui souhaitent offrir des services à très large bande à des entreprises prête à verser une « prime vitesse », ce qui disent-ils leur permettrait un meilleur rendement sur le capital investi et pourrait en bout de ligne signifier des baisses de tarifs pour les usagers ordinaires, mais ces arguments contredisent un des principes fondateurs du réseau, l’universalité du service. Il importe de connaître le fonctionnement de la transmission de données dans Internet pour comprendre les enjeux. Les contenus transmis dans Internet sont découpés en paquets qui sont acheminés individuellement, peuvent emprunter des routes différentes, et sont ensuite réassemblés à leur point de destination. On peut se brancher à Internet par ligne commutée, pas ligne numérique à paire asymétrique (LNPS ou en anglais digital subscriber ligne, DSL), par câble, par satellite, à des débits de connexion différents et à des tarifs différents. Mais pour ce qui est des contenus qui circulent dans Internet, il n’y a aucune discrimination. Et c’est justement cette universalité du service qui est menacée car les opérateurs de grandes dorsales peuvent identifier différentes catégories de paquets véhiculés sur leurs réseaux, et attribuer une certaine priorité à certains paquets au détriment d’autres. Des groupes d’utilisateurs se sont formés pour dénoncer la tentative des opérateurs de dorsales de fractionner Internet et exercer des pressions sur les élus, notamment Save the Internet et It’s Our Net. Pour sa part, la fondatrice du site de vente en ligne eBay, Meg Whitman, invite les millions d’inscrits à ce site à écrire aux députés et sénateurs étasuniens pour se faire entendre

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 13 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Cyber Café Inter Génération de Buironfosse : 1er prix Vieillir en France 2006

Renforcer le lien entre les générations par les TIC

Source : Sociétiq

Date : 23/05/06

Résumé : L’association Vieillir en France a pour objectif d’encourager et de soutenir les initiatives des communes et EPCI en faveur de l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées et de leur entourage. Elle descerne chaque année le prix Vieillir en France. Elle vient de récompenser des initiatives originales en faveur du 3e âge témoignant de l’attachement des collectivités locales aux politiques sociales en faveur des personnes âgées, afin que le 3e âge ne soit plus synonyme d’isolement et de détresse. Cette année, la commission d’attribution a été particulièrement sensible aux projets favorisant le lien intergénérationnel et mettant en avant des actions socioculturelles. Dans la première catégorie (collectivité de moins de 3500 habitants), la commune de Buironfosse (dans l’Aisne, 1203 habitants) remporte le 1er prix pour "Cyber Café Inter Génération" : mise en place d’un cyber café avec un accès gratuit pour les jeunes au sein d’une maison de retraite, un lieu où les jeunes forment les aînés aux nouvelles technologies

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 8 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Restos du Coeur : blog “Du côté des restos”

Témoignage numérique

Source : Sociétiq

Date : 17/05/06

Résumé : une bénévole des Restos du Coeur à Tours a créé son blog en novembre 2005 appelé "Du côté des Restos" qui témoigne de son action, des difficultés de vie des bénéficiaires et de belles histoires parce que l’optimisme doit trouver son chemin dans ces vies heurtées. Internet sert aussi à signifier l’existence et les raisons d’aider les autres pendant son temps libre. Il recueille des témoignages pour les faire connaître sur les réalités de vie de chacun

Le blog "Du côté des Restos"

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 8 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Des seniors et Internet en Espagne

Zoom sur un télécentre à San Roman de Candamo

Source : Sociétiq

Date : 16/05/06

Résumé : Un article de La Voix des Asturies est consacré au télécentre de San Roman de Candamo (un Espace Public Numérique) en Espagne qui accueille de nombreux seniors. Les seniors utilisent l’internet pour communiquer avec leurs petits-enfants via la webcam et par messagerie instantanée. Parmi les activités les plus prisées, la création d’une boite aux lettres électroniques personnelles

L’article de la Voix des Asturies

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 7 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Internet : plus d’un "seniornaute" sur deux surfe quotidiennement selon l’Insee

Diffusion des TIC chez les personnes âgées

Sources : INSEE Première/Senioscopie.com

22/05/2006

Résumé : Plus d’un senior disposant d’un accès Internet sur deux surfe tous les jours, indique une étude sur les usages du Web réalisée par l’INSEE en mai 2006. Les seniors surfent de plus en plus régulièrement, même si les Français âgés de 20 à 50 ans, constituent toujours la plus grosse partie des individus connectés. L’étude de l’INSEE montre que les seniors sont de gros consommateurs de courriers électroniques (86% utilisent la messagerie). Les relations avec l’administration constituent le second usage des "seniornautes" (52% des 50-59 ans et 60% des 60-69 ans passent par le Web pour obtenir des informations administratives). Ils ont rapidement compris que quelques clics peuvent éviter de longues attentes au guichet. Les seniors sont également attirés par les services bancaires et la gestion de leur compte en ligne. Ils ne sont pas non plus effrayés par l’achat sur le web, car ils sont déjà habitués aux canaux plus traditionnels de la VPC (catalogues, télé-achat…). Par contre, les seniors sont sous-utilisateurs de services de messagerie instantanée (13% des seniors les utilisent contre un tiers des internautes en général). Ils sont également encore peu habitués aux forums de discussion (environ 3% des seniors les fréquentent contre 18% pour l’ensemble des internautes). Une grande majorité de seniors équipés d’un ordinateur maîtrisent bien les services que leur offre le Web. 84% des sexagénaires (91% des internautes) savent se servir d’un moteur de recherche (Google, Yahoo, MSN…). Il savent également dans une proportion similaire (82% contre 85% de l’ensemble des internautes) envoyer des e-mails contenant des pièces jointes. Une majorité déclare savoir installer un nouveau matériel informatique (59%). 21% des 60-69 ans savent même créer un site Internet, alors qu’un internaute sur quatre s’en déclare capable. Ces tendances valent cependant pour la population déjà internaute. Or, le taux d’équipement des seniors en matière de connexion Internet reste inférieur à celui de l’ensemble des Français. En octobre 2005, 42,7% de la population dispose d’Internet à domicile. Cette proportion tombe à 20,5% pour les sexagénaires, puis 9,2% pour les septuagénaires et 3,8% pour les plus de 80 ans. Seuls les 50-59 ans restent dans la moyenne avec un taux de connectés représentant 42,2% de cette classe d’âge. Au total, une petite moitié des quinquagénaires français (45%) déclarent avoir déjà surfé sur le Web alors que c’est le cas de plus d’un Français sur deux (54,3%). Chez les 60-69 ans, cette proportion n’atteint pas le quart des effectifs. Seulement 7,4% des septuagénaires et à peine 2% des octogénaires et plus déclarent avoir déjà été sur le Net. L’Internet senior est donc encore un marché à développer

Voir en PDF « Internet au quotidien : un Français sur quatre", Insee Première, n°1076, mai 2006, Insee

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 6 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Selection de sites internet

BelSoc.org, plate-forme du social en Belgique francophone

BelSoc, plate-forme du social en Belgique francophone

Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (France)

Pauvreté.be

Site portail concernant la lutte contre la pauvreté et l’exclusion en Belgique.
Ce site se veut un point de rencontre au sujet des débats sur la pauvreté et des pratiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Pas moins de 11 partenaires coopèrent à cette initiative pluraliste.