-recherche avancée

Thèmes: transfert de compétences

Cours d’informatique dans les Appalaches

L’ordinateur une chance de répondre au désir d’avancer de toute une population exclue

Auteur de l’article : V. Fanelli - Volontaire d’ATD Quart Monde depuis plus de trente ans

Article extrait de l’ouvrage : Internet au service de qui ?

Source : Quart Monde – Vaincre l’exclusion n°187 août 2003

Résumé : La région des Appalaches est une région rurale et enclavée des Etats-Unis. Le déclin des mines de charbon et de l’industrie y a entraîné un taux de chômage beaucoup plus élevé que dans le reste du pays. L’auteur a décidé de s’investir dans un centre communautaire local et d’y donner gratuitement des cours d’initiation à l’informatique. Le projet a pour objectif de permettre aux populations locales de se former aux nouvelles technologies et d’apprendre à se servir d’un ordinateur. Quelques vieux ordinateurs ont été récupérés ici ou là pour mener à bien ce projet. Le cours a lieu deux fois par semaine pendant une dizaine de semaines. Chaque séance dure une heure et demie. Une centaine de personnes ont suivi le cycle entier et environ cinquante personnes ont abandonné en cours de route. La première fois que l’on est devant un ordinateur, le premièr souci exprimé par les participants aux cours est assez souvent : « j’ai peur de le casser (la machine) ». V. Fanelli essaye de maintenir une ambiance détendue pour « dédramatiser » le rapport à la machine. Le contenu des cours est présenté sur une affiche murale. Le cours s’adresse aux débutants, mais il doit donner des connaissances sérieuses en informatique. On y apprend entre autre, à utiliser Excel. La plupart de ceux qui suivent cette formation sont insérés dans la vie active. On retrouve parmi eux des vendeuses, des mineurs, des mécaniciens auto. Ils viennent ici en espérant acquérir une compétence pour accéder à de meilleurs emplois mieux rémunérés. Beaucoup souhaitent grâce à cette formation obtenir un poste dans un service d’information téléphonique implanté dans la région des Appalaches. Les personnes les plus pauvres ne viennent pas encore à ces cours. Le but de V. Fanelli est d’amener à suivre cette formation des jeunes ayant abandonné l’école trop tôt. Il veut aussi faire venir au centre des jeunes ayant une peine de travaux communautaires à purger. Le but est que cette formation qualifiante leur donne un nouveau départ dans la vie. Par ailleurs, V. Fanelli constate aussi que les personnes qui fréquentent le centre prennent l’habitude d’utiliser Internet. Elles viennent au centre pour jouer, pour participer à des forums de discussion, pour envoyer des mails, etc. Internet est en train de devenir un outil de communication et de loisir, même dans cette région assez isolée

Posté le 29 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Les TIC, facteur d’estime de soi et de lien social

E-europe, e-inclusion, Riga Juin 2006

Source : @-Brest

Auteurs : Michel Briand, Philippe Cazeneuve, Elisabeth Le Faucheur Joncour

Date : 29/06/2006

Résumé : réflexion présentée par Michel Briand, Annabelle Boutet, Philippe Cazeneuve, Elisabeth Le Faucheur Joncour en vue de la rencontre de Riga sur l’e-inclusion. Cette réfexion résulte de travaux de recherches menés dans un quartier populaire de Brest, d’échanges d’expériences initiés entre ATD Quart Monde, la ville de Brest, le GIS Marsouin et de rencontres avec d’autres acteurs brestois (ville, associations, dispositifs sociaux, etc) et nationaux. L’e-inclusion est généralement pensée en termes économiques : l’augmentation du nombre d’usagers de l’Internet passerait essentiellement par le déploiement de dispositifs d’accès et par des incitations financières dans une logique d’appui à la diffusion des techniques. Les politiques publiques sont limitées à quelques initiatives locales autour de l’accès public accompagné en faveur des personnes socialement éloignées. Pourtant pour ces personnes éloignées des TIC, le « fossé » numérique ne relève pas seulement d’une question d’équité d’accès. Les pratiques de médiation observées dans les lieux d’accès publics, amènent les auteurs de l’article à développer une approche nouvelle orientée vers la prise en compte et la reconnaissance des personnes (parfois en situation de grande précarité et marginalisées), dans leurs différences, culturelle et sociale. Une telle approche génère chez les usagers une palette d’activités, dont la production de contenus. La ville de Brest, le GIS Marsouin et l’association Créatif travaillent ensemble sur cette question de la médiation entre les personnes et les outils numériques, facteurs de reconquête de l’estime de soi, de création de liens avec les autres et de dynamique sociale. La médiation entre la technologie et la personne est déterminante de l’apprentissage. Le moindre progrès dans l’utilisation et la maîtrise des outils est facteur de valorisation des individus et modifie la représentation qu’ils ont d’eux mêmes. La médiation associée à un lieu permet de créer du lien entre les personnes et favorise le développement local. Un des enjeux majeurs de cette démarche est le travail de co-construction dans lequel les ‘usagers’ participent activement à leur apprentissage. Les auteurs préconisent la mise en place de dispositifs d’échanges d’expériences, de réflexion et d’actions entre les acteurs de terrain intervenant auprès des personnes éloignées des TIC, dans une logique de capitalisation et de mutualisation. L’objectif est de faire le recueil des pratiques, des expériences et de les modéliser et de les analyser par des équipes de chercheurs

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 29 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Apprendre à lire et à écrire à l’aide des TIC

Programme d’éducation non formelle à l’aide des TIC

Source : UNESCO

Date : 28/06/06

Résumé : Cinq centres d’apprentissage communautaires participent au projet « Programmes d’éducation non formelle à l’aide des TIC ». Ce programme est soutenu par l’Unesco. Il vise à permettre l’alphabétisation des populations à l’aide des TIC. Les centres proposent des ateliers d’alphabétisation où les participants apprennent à l’aide de CD-ROM à lire et à écrire dans leur langue. On utilise les TIC et le multimédia pour éveiller l’intérêt des apprenants et améliorer l’éducation non formelle. Les cours sont, en effet, radicalement différents des cours d’alphabétisation traditionnellement dispensés dans d’autres centres d’apprentissage en Inde. Au lieu d’utiliser les manuels d’alphabétisation classiques – dont le contenu correspond rarement aux besoins des apprenants – le cours repose sur la création de contenu local. Les participants ont ainsi pu concevoir un contenu pédagogique personnalisé à l’aide d’une caméra numérique et d’autres technologies de l’information et de la communication. L’approche personnalisée renforce l’efficacité du processus d’apprentissage et motive l’apprenant. Le programme s’adresse à des personnes de tous âges. Le programme ne se limite pas à l’alphabétisation. Il s’agit d’un ensemble intégré de projets dont le point commun est de promouvoir l’utilisation des TIC pour améliorer la portée et la qualité de l’apprentissage et de la formation dans tous les contextes éducatifs. Les cinq centres indiens travaillent actuellement avec l’UNESCO au développement de stratégies de développement durable dans les villages. Le plus gros des dépenses du programme est destiné à l’acquisition de caméras numériques et d’ordinateurs équipés de modem, téléphone, imprimante, logiciels et écran tactile

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 28 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Panorama numérique de l’Asie-Pacifique 2005-2006

Source : Digital review

Résumé : le Panorama numérique de l’Asie-Pacifique rend compte de l’état du déploiement des TIC dans la région. Il propose des analyses de synthèse quant à la façon dont la région traite les questions et les préoccupations que soulève le déploiement de nouvelles technologies visant à favoriser le développement socioéconomique des sociétés de l’information en Asie-Pacifique. Cinq organisations collaborent à cette initiative : le Programme de réseaux Pan Asie (PAN) du Centre de recherches pour le développement international (CRDI), le Programme d’information pour le développement Asie-Pacifique (APDIP) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Institut francophone des nouvelles technologies de l’information et de la formation (INTIF) de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF), ainsi que le Réseau des chaires UNESCO en communication (Orbicom). L’édition 2005-2006 fournit des mises à jour sur les 27 économies couvertes par l’édition précédente et en inclut 2 nouvelles, à savoir l’Iran et les Maldives. Elle comporte en outre une toute nouvelle section thématique qui présente une variété de points de vue sur 1) la réduction de la fracture numérique, 2) la gouvernance de l’Internet, 3) les aspects sociaux, politiques et culturels des TIC et 4) l’appropriation des TIC. Cette section propose également des chapitres offrant une vue d’ensemble des États insulaires du Pacifique, de l’ANASE et de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC). On peut télécharger gratuitement les informations sur chaque pays de l’Asie-Pacifique sur le site de Digital review

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 28 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

L’internet pour tous : e-inclusion dans l’Union européenne

Les ministres européens s’engagent en faveur d’une société de l’information accessible fondée sur l’inclusion

Source : Commission européenne – Communiqué de presse

Date : 12/06/2006

Résumé : Les ministres de 34 pays européens ont approuvé à Riga (Lettonie) une action paneuropéenne pour promouvoir l’e-inclusion (participation de tous à la société de l’information). Il s’agit d’ aider les citoyens à remédier à leurs désavantages économiques, sociaux, scolaires, géographiques ou liés à un handicap au moyen des technologies de l’information et de la communication. La déclaration ministérielle de Riga, signée par les ministres des États membres de l’Union européenne, des pays en voie d’adhésion, des pays candidats et des pays de l’AELE/EEE, fixe les objectifs spécifiques suivants : • Diviser par deux d’ici à 2010 le nombre de personnes n’utilisant pas l’internet dans les groupes menacés par l’exclusion (personnes âgées, handicapées ou sans emploi) ; • Assurer à au moins 90 % du territoire européen un accès à l’internet haut débit (c’est-à-dire aux infrastructures d’internet haut débit) d’ici à 2010. En 2005, près de 60 % des entreprises et des ménages y avaient accès dans les zones périphériques et rurales de l’Union européenne à quinze, contre plus de 90 % dans les zones urbaines ; • Veiller à ce que tous les sites web publics soient accessibles d’ici à 2010 ; • Mettre en place, d’ici à 2008, des actions dans le domaine de l’« alphabétisation » numérique afin de réduire de moitié d’ici à 2010 les disparités affectant les groupes menacés par l’exclusion ; • Formuler d’ici à 2007 des recommandations sur les normes d’accessibilité et les approches communes, qui pourraient devenir obligatoires pour les marchés publics d’ici à 2010 ; • Évaluer la nécessité de mesures législatives dans le domaine de l’accessibilité en ligne et prendre en considération les exigences en la matière lors de la révision du cadre réglementaire pour les communications électroniques qui débutera en juin 2006

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 28 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Association OGGAM : encourager la coopération dans les TIC

Source : @-Brest

Date : 27/06/06

Résumé : l’association OGGAM oeuvre pour le rapprochement des utilisateurs de nouvelles technologies. Elle a pour rôle de servir d’interface entre les entreprises, les utilisateurs et les laboratoires de recherche pour mener à bien des projets liés aux nouvelles technologies. Elle encourage la coopération dans le domaine des TIC. Les projets innovants suivis actuellement par Oggam concernent les secteurs de la petite enfance, de la malvoyance, de la téléSanté, de l’emploi à temps partagé

Le site d’OGGAM

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 27 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Bilan d’étapes de quelques projets d’insertion professionnelle de Réseau 2000

Chantier école CEGEMAD, Projet DINIAE et chantier Touareg 2

Source : @-Brest

Auteur : Esaunier

Date : 23/06/2006

Résumé : Le chantier école CEGEMAD est un dispositif de formation proposé par la Région Ile de de France en collaboration avec Réseau 2000. L’objectif est l’insertion socio-professionnelle de jeunes sans qualification ayant « décroché » précocement du système éducatif. Le chantier école a démarré en décembre 2005 et s’est achevé en mai 2006. 12 jeunes y ont participé. Le chantier école a proposé à ces jeunes la création du site internet de la Maison de la Justice et du Droit de Gennevilliers (92). A travers la réalisation du site, il s’agissait de transmettre aux stagiaires : des compétences informatiques nécessaires à la réalisation technique du site web. Sur les 12 stagiaires, 9 ont obtenu le PCIE (Passeport de Compétences Informatiques Européen) qui valide leur acquis en bureautique et multimédia. Certains ont déja reçu des propositions d’emploi.

Projet DINIAE : former des techniciens de maintenance des TIC à domicile L’objectif du chantier insertion DINIAE est de former des techniciens d’installation, maintenance et conseil en TIC amenés à intervenir à domicile. La formation et l’expérience acquise lors du chantier d’insertion, permettra à 12 salariés en contrat CES, de proposer, en fin de parcours, des prestations auprès d’un public de particuliers dans trois directions fondamentales : initier des personnes aux TIC ; installer, réparer et effectuer la maintenance informatique sur place ; informer sur les technologies existantes émergeantes ou à venir. Les stagiaires ont reçu une formation de base au plan technologique (formation bureautique, Internet et multimédia ; installation et maintenance ; notions d’électricité) et une formation méthodologique de l’intervention à domicile (mise en œuvre d’une intervention, pédagogie et communication, cadre juridique).

Chantier d’Insertion TouAReg 2 éme session 2005-2006 Résumé : le chantier TouAReg est un chantier d’Insertion par les TIC. Cette action vise à accompagner 12 personnes vers l’emploi. Parmi les bénéficiaires, il y a 6 jeunes de moins de 26 ans et 6 bénéficiaires du RMI. Embauchés en Contrat Emploi Solidarité par l’association pendant 7 mois, ils ont pour mission de collecter des informations dans le but de les diffuser sur un site Internet faisant la promotion "d’une vision alternative du tourisme dans l’Est Parisien". La plus grande partie de l’activité porte sur la création d’un site Internet présentant, dans le contexte de la redynamisation de l’Est-Parisien initié par la Mairie de Paris, une offre alternative d’information touristique. Il s’agit de partir à la découverte de ces quartiers et des gens qui les font vivre, de leurs histoires et de leur interdépendance avec la ville. Sur la base d’itinéraires, les bénéficiaires réalisent des parcours touristiques. Ce chantier est une mise en situation professionnelle, avec comme objectif l’accès à l’emploi ou à la formation qualifiante grâce au développement d’un savoir-faire informatique. Ce chantier permet aussi aux stagiaires d’acquérir des compétence dans le travail sur l’écrit (initiation à la rédaction de contenu) ; dans le travail sur le journalisme et la prise de support numérique (initiation à la prise de vue audio, photographique et vidéo) ; dans le travail sur la mise en forme de contenus, sur les pratiques éditoriales et sur l’écrit (initiation aux montages audio, vidéo et photographiques) ; et dans le travail sur la diffusion de contenus (initiation aux méthodes de publications papier, audiovisuel et Web ). Forte de son expérience, l’association Réseau 2000, souhaite s’appuyer sur les processus de co-apprentissage, initiés par la relation apprenant/formateur.

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 26 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Le Bus de l’emploi par les Logiciels Libres à Paris

Source : @-Brest

Auteur : Esaunier

Date : 23/06/2006

Résumé : La Ratp, les associations SiliconSentier, Réseau2000 et l’ EPN du Centre Social BelleVille se sont associés pour participer à "Paris Capitale du Libre", le 26 Juin 2006. Ils présentent le Bus de l’emploi par les Logiciels Libres. Le bus acceuille des Parisiens, formés au libre, en postes ou en recherches d’emploi. Ils feront connaître leurs compétences, les formations suivies et presenteront leurs CV. Le bus comporte 12 ordinateurs

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 26 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

Modernité : réinventé le travail – l’ordinateur peut rendre fierté et confiance en soi

L’atelier « travailler at apprendre » d’ATD Quart Monde

Auteur de l’article : B. Dulac

Article extrait de l’ouvrage : Internet au service de qui ?

Source : Quart Monde – Vaincre l’exclusion n°187 août 2003

Résumé : A l’atelier "Travailler et apprendre" créé par ATD Quart Monde à Noisy-le-Grand des personnes travaillent au reconditionnement du matériél informatique. Il ne s’agit pas d’une action classique d’insertion professionnelle, mais l’originalité de l’initiative réside dans le fait qu’il s’agit d’une recherche commune sur les conditions qui permettent - au travers du travail, de l’accès à la culture et de l’engagement citoyen - de trouver une place dans la société et de se retrouver utile. Le secteur de l’informatique n’a pas été choisi par hasard. Travailler dans l’informatique dans le reconditionnement d’ordinateurs, c’est travailler dans la modernité. L’informatique apparaît, en effet, comme le symbole de la société moderne. Cela constitue un élément de valorisation pour ceux qui travaillent dans ce secteur. Cela offre aussi des potentialités pour un retour à l’emploi. Ceux qui travaillent dans cet atelier peuvent dialoguer avec des internautes à l’autre bout du monde. Ils ont accès à la connaisssance sur le Web. Ils prennent ainsi place dans la société de l’information. Les tâches qui entrent dans le recyclage des ordinateurs sont variées et correspondent à des niveaux de savoirs-faire différents (manutention, netoyage, paramétrage des logiciels, dépannage …) cela permet à chacun de trouver une place selon ses compétences et ses aptitudes. Le recyclage des ordinateurs présente aussi la particulartité de pouvoir s’adresser aussi bien à des hommes qu’à des femmes. Il permet de lutter contre les discriminations de genre au travail.

Posté le 23 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul
 

L’Alliance mondiale présente ses grandes lignes d’action pour aider les plus pauvres à accéder aux technologies de l’information

La « Vision de Kuala Lumpur »

Source : UNESCO

Date : 22/06/06

Résumé : Les Nations Unies veulent promouvoir l’usage des TIC dans les pays en développement. Un cadre d’action a été établi. L’Alliance mondiale pour les technologies de l’information et de la communication (TIC) au service du développement a adopté la « Vision de Kuala Lumpur », un document présentant les principes qui régiront les activités futures de l’Alliance. La « Vision de Kuala Lumpur » a retenu l’objectif de combler le fossé social et numérique entre le monde développé et les pays en développement en favorisant des politiques et des partenariats qui permettront de créer un « pont d’opportunités numériques ». Plusieurs initiatives sont proposées, comme la création de forces de cyber-développement, la mise en place de centres de ressources pour développer le capital humain, ou encore la création de réseaux et groupes de travail pour promouvoir l’action sur le terrain et les partenariats. L’Alliance mondiale vise aussi à renforcer la collaboration entre les secteurs public et privé, en étendant les bonnes pratiques et en proposant des solutions qui permettent d’obtenir des résultats rapides

Lien hypertexte: Lire l’article
Posté le 22 juin 2006 par EComtat - Consulter cet article seul